•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pandémie et inflation : les prochaines élections coûteront plus cher au Québec

Des boîtes emballées dans un entrepôt.

Le matériel électoral est prêt à être envoyé dans l'une des 125 circonscriptions de la province.

Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Jérémie Camirand

Alors que la campagne électorale approche à grands pas, Élections Québec n’a pas tardé à préparer le terrain en vue de ce qui risque d'être les élections les plus chères de l’histoire de la province.

La pandémie et l’inflation ont fait grimper la facture à 115 millions de dollars, contrairement à 93 millions de dollars en 2018, explique une porte-parole d’Élections Québec.

Parmi les mesures mises en place pour limiter les répercussions de la COVID-19, l’organisation va permettre aux électeurs atteints du virus de voter le jour même du scrutin.

Les gens qui seront malheureusement atteints de la COVID-19 lors du vote vont pouvoir demander à un proche d’aller chercher une trousse de vote pour eux dans les bureaux des directeurs du scrutin, indique Julie St-Arnaud Drolet, porte-parole d'Élections Québec.

Les personnes vulnérables et les personnes vivant avec une maladie chronique pourront voter par correspondance, ajoute la porte-parole.

Livrer la marchandise

Depuis lundi, une quarantaine de remorques font des allers-retours entre le centre de distribution de Québec et les 125 circonscriptions de la province.

Dans ces camions, on trouve 910 palettes qui réunissent tout le matériel nécessaire aux bureaux de vote : isoloirs, crayons, urnes, matériel bureautique et informatique.

Un homme manipule du matériel électoral dans un entrepôt.

Ce sont trois remorques par heure qui devront être chargées afin de livrer tout le matériel à temps dans les bureaux de vote du Québec.

Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

Pour livrer le matériel dans les temps, les employés d’Élections Québec devront charger trois remorques par heure.

Si l’opération est d’envergure, l’arrivée des élections à date fixe en 2013 a permis à Élections Québec de préparer ces importants moments démocratiques avec un peu plus de tranquillité.

Avant l’arrivée des élections à date fixe, c’était vraiment une course contre la montre, le jour où le décret était pris pour ordonner des élections, on travaillait toute la nuit pour livrer le matériel à travers le Québec alors maintenant, ça nous permet une meilleure planification, avoue Julie St-Arnaud Drolet.

Avec la collaboration de Colin Côté-Paulette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !