•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À l’approche de la rentrée scolaire, des parents s’inquiètent de la hausse des prix

Tamara Kuly se tient debout dans sa cuisine devant une table avec des aliments.

Tamara Kuly, mère de deux enfants et candidate au poste de commissaire cet automne, explique que sa famille est plus attentive aux aliments qu'elle achète en raison de la hausse des prix.

Photo : Radio-Canada / Jaison Empson

Radio-Canada

Des parents winnipégois affirment qu'avec la hausse du prix des aliments ils devront faire des choix difficiles à la rentrée scolaire. Certains limiteront leurs achats, modifieront leur alimentation ou auront recours aux programmes alimentaires de l’école.

Pour Tamara Kuly, mère de deux enfants de 11 et 13 ans, l’inflation a eu des conséquences sur le mode de vie de sa famille, puisque la facture globale d'épicerie a presque doublé.

Tamara Kuly, qui est candidate au poste de commissaire du quartier 7 de la Division scolaire de Winnipeg, affirme que les membres de sa famille sont plus conscients des aliments qu'ils achètent, ces jours-ci.

Nous avons toujours eu des limites de budget, dit-elle. Or, comme tout coûte plus cher, ils devront maintenant limiter certaines activités extrascolaires et réduire les achats à l’épicerie. Tamara Kuly est consciente que d'autres familles n'ont pas autant d'options que la sienne pour faire face à la hausse des coûts.

Brent Johnson est un père de famille dont les deux fils fréquentent une école primaire dans la Division scolaire de Winnipeg. Pour eux, l'inflation apporte aussi son lot de restrictions. Ils achèteront moins de viande et privilégieront les articles en solde.

Mieux manger : une question de temps

Tamara Kuly ajoute que de nombreux parents de son quartier de Luxton devront décider s'ils veulent consacrer du temps à la préparation des repas scolaires ou dépenser plus d'argent pour acheter des aliments faciles à préparer.

Ces produits, comme les barres granola, les yogourts et les fruits et légumes frais sont plus coûteux, mais il faut plus de temps pour tout préparer soi-même en partant de zéro, dit-elle.

Hope Figueroa se tient debout dans un espace vert.

Hope Figueroa, qui est enseignante, s'attend à ce qu'un plus grand nombre de ses élèves utilisent les programmes alimentaires de son école cette année.

Photo : Radio-Canada / Jaison Empson

Enseignante au secondaire dans une école de la Division scolaire de Winnipeg, Hope Figueroa affirme que les contraintes de temps sont difficiles pour les parents qui travaillent.

Le rythme de la vie quotidienne change avec le retour à l'école, rappelle-t-elle. Les enfants n’ont parfois pas le temps de déjeuner avant de prendre l'autobus. De même, certains parents, à cause de leur travail et de leur emploi du temps, ne sont peut-être pas disponibles pour leur préparer le déjeuner comme ils le faisaient pendant l’été.

Les programmes alimentaires à l’école : une solution?

L'école de Hope Figueroa propose des programmes alimentaires qui comprennent le déjeuner, le dîner, des boîtes de collation et des paniers de nourriture.

Nous savons qu'un enfant qui a faim ne peut pas apprendre aussi efficacement qu'un enfant qui est nourri régulièrement, rappelle-t-elle.

La plupart de ses élèves se servent dans la boîte à goûter de la classe. En raison de l’inflation, l’enseignante s’attend à une augmentation de la demande alimentaire de la part des élèves cette année.

Toutefois, elle pense qu’il y aura des changements dans les produits proposés aux enfants en raison du coût des aliments. Cela veut dire qu'il faudra peut-être limiter certains produits, précise-t-elle.

Il y aura probablement des enseignants qui apporteront des collations dans leur classe pour les élèves. Certains le faisaient déjà, d’ailleurs , précise Hope Figueroa.

L’enseignante estime que l'insécurité alimentaire touche de nombreux élèves de sa division scolaire qui viennent de familles nombreuses ou de foyers multigénérationnels.

Elle craint que des parents ne choisissent de moins se nourrir afin de s’assurer que leurs enfants mangent à leur faim.

Un porte-parole de la Division scolaire de Winnipeg affirme que différents partenariats communautaires permettent d'offrir des programmes de repas aux élèves, bien que ces programmes varient d'une école à l'autre. Les écoles peuvent également avoir accès à des fonds tels que la subvention pour la nutrition des enfants de la province du Manitoba.

La hausse des coûts touche la grande majorité des familles de la Division scolaire, affirme le porte-parole : Elle peut effectivement avoir un impact sur nos programmes de repas en termes de coûts, bien que le besoin soit toujours présent pour de nombreux élèves de notre Division.

La nutrition est considérée comme un besoin fondamental qui est important pour l'apprentissage , conclut le porte-parole.

Avec les informations de Joanne Roberts

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !