•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sans médecin de famille, une femme de N.-É. paie pour ses résultats de mammographie

Jennifer DeCoste assise dans son jardin.

Jennifer DeCoste dit qu'elle a payé pour recevoir les résultats d’une deuxième mammographie via une application de soins virtuels parce qu'elle n'a pas de médecin de famille et elle ne voulait pas risquer d’attendre pour obtenir ses résultats.

Photo : Radio-Canada / Paul Poirier

Radio-Canada

Jennifer DeCoste dit qu'elle a décidé de payer pour ses résultats de sa mammographie lorsque la clinique de dépistage du cancer du sein ne lui a pas dit quand elle serait contactée avec ses résultats parce qu'elle n'a pas de médecin de famille.

La femme de Lochaber, près d’Antigonish en Nouvelle-Écosse sentait que c’était urgent d’avoir les résultats après une deuxième mammographie le mois dernier à l'hôpital régional d'Antigonish, qui a été suivie d'une échographie mammaire inattendue le même jour.

Elle dit que le technicien en échographie lui a dit d'appeler la clinique dans les 48 heures pour obtenir ses résultats. Mais Jennifer DeCoste dit que la clinique lui a dit qu'elle ne pouvait pas lui communiquer ses résultats par téléphone et qu'elle devait passer par un médecin.

J'ai expliqué, je n'ai pas de médecin. Il n'y a personne à appeler, dit la femme, qui a perdu son médecin de famille lorsqu'elle est partie de la Nouvelle-Écosse l’an dernier.

Elle précise qu’aucune clinique sans rendez- vous dans sa région permet aux patients orphelins de prendre rendez-vous directement.

La salle d'urgence n'était pas non plus une option pour elle parce que ça pouvait vouloir dire attendre des heures.

La clinique de dépistage du cancer du sein aurait probablement été fermée au moment où un médecin aurait pris le temps de passer cet appel, donc ça ne me semblait pas une option viable, dit-elle.

Pas de soins dans les soins de santé

Une médecin tient une mammographie devant un écran lumineux.

Une médecin étudie une mammographie.

Photo : iStock

C’est son mari qui s’est souvenu de l'application Maple, une application de soins virtuels payante disponible au Canada.

Jennifer DeCoste s'est connectée et a obtenu un rendez-vous avec un médecin basé en Nouvelle-Écosse en quelques jours.

Je n'ai jamais parlé à personne et ça m'a coûté 50 $. J’ai échangé des textos pendant 20 minutes avec une personne qui a passé un coup de fil, et qui a obtenu les résultats et me les a transmis, dit-elle.

Tout le processus était dépourvu de chaleur humaine.

Jennifer DeCoste n'a pas envie de partager ses résultats de test, mais elle admet qu’elle va devoir subir un dépistage supplémentaire. Elle a encore beaucoup de questions sans réponse sur son état de santé.

Dans une déclaration, Santé Nouvelle-Écosse indique que les patients de la zone est reçoivent un appel téléphonique pour des résultats non urgents.

Pour les résultats critiques, les patients reçoivent généralement un appel téléphonique très peu de temps après l'examen et sont généralement dirigés vers un service d'urgence.

L'autorité sanitaire dit continuer d’essayer de renforcer et formaliser ses approches à la grandeur de la province.

Elle ajoute qu'un nouveau processus a récemment été mis en place à l'hôpital régional d'Antigonish et qu'elle s'assure que le personnel sait comment communiquer avec les patients.

Santé Nouvelle-Écosse rappelle aussi qu'une clinique privée à Antigonish a été convertie en clinique de soins primaires en juin.

Cette clinique ne prend que des rendez-vous pour les références du service des urgences, de l'imagerie diagnostique, de la santé des femmes et des enfants, de l'oncologie et des soins virtuels de la Nouvelle-Écosse. Elle confirme donc qu’un rendez-vous ne peut pas être pris directement.

Avec les informations de Jane Sponagle de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !