•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inspecteurs en grève au CNE : la direction assure que la sécurité n’est pas un enjeu

Des gens brandissent des pancartes.

Des syndiqués du SEFPO ont dressé un piquet de grève devant l'entrée du CNE.

Photo : Radio-Canada / CBC

Radio-Canada

La plus grande fête foraine au pays, l'Exposition nationale canadienne (CNE), doit débuter vendredi pour la première fois depuis le début de la pandémie. Or, ses inspecteurs de sécurité sont en grève et le syndicat se dit inquiet pour la sécurité du public.

Les membres du Syndicat des employés des services publics de l'Ontario (SEFPO) ont dressé un piquet de grève à l'extérieur du site de l'Exposition nationale canadienne, dans le sud-ouest de Toronto, dimanche, pour demander à la Technical Standards and Safety Authority [TSSA, Office des normes techniques et de la sécurité, traduction libre] de reprendre les négociations. Ils craignent également que les manèges et l'équipement ne soient pas correctement inspectés en raison de la grève.

Au total, 170 inspecteurs de sécurité employés par la TSSA ont quitté le travail le 21 juillet et sont en négociations depuis novembre 2021, a déclaré un membre du comité de négociation.

Cory Knipe a déclaré à CBC News que les revendications syndicales portaient notamment sur l'inégalité salariale, les salaires inférieurs aux normes et la microgestion. Selon M. Knipe, le manque de surveillance supplémentaire de la part des inspecteurs de sécurité pendant la grève signifie qu'il pourrait y avoir un risque sur le niveau de sécurité de certains équipements.

Tout ce que je peux dire, c'est que nous espérons vraiment que rien ne se passe mal, a-t-il déclaré.

M. Knipe affirme que le syndicat a contacté la TSSAà plusieurs reprises et qu'ils ne veulent tout simplement pas revenir à la table des négociations.

Aucun problème de sécurité, dit l’employeur

La TSSA a répondu aux préoccupations en matière de sécurité en affirmant qu'elle a fait appel à des gestionnaires et à des consultants pour faciliter les inspections de sécurité et que son processus d'inspection rigoureux ne présente aucun risque pour la sécurité publique. L'Association CNE est d'accord.

En ce qui nous concerne, il n'y a aucun problème de sécurité, a déclaré Darrell Brown, PDG de l’Association CNE.

Nous avons un protocole de sécurité important, il est en place depuis des années, a-t-il ajouté. Nous avons notre propre équipe qui s'assure que tout est toujours à la hauteur.

M. Brown a assuré que les camions de restauration, les réservoirs de propane et les autres équipements seront correctement installés, avec des permis vérifiés et certifiés. On s'attend également à ce que le personnel de la TSSA examine et assure l'équipement tout au long des 18 jours du festival.

Nous sommes ravis de voir les inspecteurs de sécurité de retour, mais cela n'a pas affecté ce que nous faisons, a-t-il déclaré.

Un accord équitable, demandent les syndiqués

Stephanie Coyne, l'une des inspectrices de sécurité en grève, a déclaré que les travailleurs veulent simplement un accord équitable. Elle travaille à la TSSA depuis 18 ans.

La situation n'est pas bonne et elle ne fait qu'empirer, a-t-elle déclaré.

La compensation salariale, les vacances et un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée sont quelques-unes de ses demandes. Elle pense également que les plans de sécurité de la TSSA pour CNE 2022 ne sont pas suffisants.

Habituellement, 10 à 12 inspecteurs viennent la première semaine avant l'ouverture. Maintenant, ce sont quelques superviseurs, peut-être trois ou quatre, qui font notre travail, a-t-elle dit.

Mais Alexandra Campbell, porte-parole de la TSSA, assure que tous les manèges et équipements auront été inspectés par des employés hautement qualifiés, y compris des employés non syndiqués.

Il y a beaucoup de couches de sécurité, a-t-elle dit.

Les personnes qui viennent [à la fête foraine] doivent avoir la certitude que toutes les inspections de sécurité ont été effectuées, a déclaré Mme Campbell.

Celle-ci affirme aussi que la TSSA a négocié de bonne foi tout au long du processus et qu'elle a déposé une offre complète avec les termes d'une convention collective comprenant les soins de santé, les soins dentaires, les pensions, les avantages sociaux et les augmentations de salaire dans le cadre d'une convention pluriannuelle.

Ils n'ont pas répondu à cette offre, leur réponse a été le silence et le déclenchement d'une grève , a déclaré Mme Campbell.

Dans une déclaration, le président du SEFPO, JP Hornick, a déclaré que les travailleurs veulent une meilleure responsabilisation à l'égard des normes de sécurité, des salaires et des avantages sociaux correspondant aux normes de l'industrie, et de l'aide pour remédier au manque de personnel, à la rétention et au recrutement.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !