•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nombre de Néo-Brunswickois en attente d’un médecin de famille augmente

Un médecin utilise un stéthoscope pour écouter le rythme cardiaque du patient.

Environ un Néo-Brunswickois sur 10 est présentement en attente d'un médecin de famille.

Photo : getty images/istockphoto / wutwhanfoto

Radio-Canada

La liste de Néo-Brunswickois en attente d'un médecin de famille s'allonge : 11 000 personnes se sont ajoutées à cette liste depuis deux mois.

Le nombre de patients en attente d'un médecin de famille au Nouveau-Brunswick est d'environ 74 000, alors qu'il y en avait 63 000 en juin.

Environ un Néo-Brunswickois sur 10 est présentement en attente d'un médecin de famille.

Un médecin avec un stéthoscope autour du cou regarde ses notes dans un cahier en face de son ordinateur portable et de son cellulaire.

Cette pénurie de médecins de famille force les Néo-Brunswickois à se tourner vers les salles d'urgence et les cliniques sans rendez-vous, qui sont déjà surchargées.

Photo : Shutterstock / TippaPatt

Un porte-parole du ministère de la Santé attribue cette hausse notamment aux départs à la retraite de médecins et aussi aux déménagements de personnes dans d'autres régions.

Cette situation cause beaucoup d'inquiétudes chez les patients, mais également pour les professionnels de la santé, dont la Société médicale du Nouveau-Brunswick.

Une augmentation jugée déconcertante

Son président, le Dr Mark MacMillan, dit trouver déconcertante cette augmentation de patients orphelins.

Le Dr Mark MacMillan dans une salle d'examen.

Dr Mark MacMillan, président de la Société médicale du Nouveau-Brunswick

Photo : Radio-Canada

Cette pénurie de médecins de famille force les Néo-Brunswickois à se tourner vers les salles d'urgence et les cliniques sans rendez-vous, qui sont déjà surchargées.

Cette problématique met donc encore plus de pression sur le système de santé.

Il n'y a pas de solution miracle pour résoudre le problème. L'objectif est d’abord le recrutement d'employés et la rétention.

Repenser le modèle

Mais selon le médecin de famille Ghislain Lavoie, il faudrait également repenser au modèle de fonctionnement et plutôt mettre l’accent sur un modèle de collaboration et d'appui.

Ce genre de modèle attire plus les jeunes médecins qui viennent de terminer leurs études, ce qui contribuerait justement au recrutement, à son avis.

« Votre médecin de famille a possiblement une physiothérapeute ou un physiothérapeute, a possiblement un psychologue ou un travailleur social. Ça fait en sorte que ce médecin de famille peut travailler à son plein potentiel et ces autres intervenants de la santé peuvent justement assister et traiter des patients selon leur plein potentiel aussi. »

— Une citation de  Ghislain Lavoie, médecin de famille

Selon ce médecin, le modèle de collaboration se voit moins souvent au Nouveau-Brunswick, mais il permettrait aux médecins de famille d'être plus efficaces dans leur travail et de traiter plus de patients.

D’après un reportage de la journaliste Mina Collin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !