•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prendre le thé au 19e siècle à Pierreville

Une dame vêtue d'une robe d'époque tient un verre et une ombrelle dans un salon de thé.

Danielle Coderre prend le thé au manoir O'Thé Santé.

Photo : Radio-Canada

Robes à froufrous, chapeaux et gants de dentelle étaient à l’honneur, samedi, au salon de thé O’Thé Santé de Pierreville. Un groupe de femmes a pris le thé à la manière des aristocrates d’autrefois, dans un décor à l’image du 19e siècle.  

Des domestiques accoutrées de robes noires et de tabliers blancs attendaient les participantes à l’expérience immersive à l’extérieur du salon de thé en fin d’après-midi. 

C'est une fois dans votre vie que vous allez être servies par des domestiques. Vous sonnez, puis les domestiques arrivent, a expliqué Isabelle Paquin, qui organisait l’événement pour la première fois après avoir acquis le manoir en 2014. Quand quelqu'un vous dit ne fais pas ta princesse, vous n’êtes pas au bon endroit, parce qu'ici, on peut , a-t-elle ajouté à la blague.

Les princesses d’un jour ont d’abord été conduites à l’intérieur du manoir en briques roses où des robes d’époque leur ont été prêtées. Les convives ont ensuite pu déguster des rafraîchissements servis dans une cour extérieure spécialement aménagée pour l’occasion. 

J’ai toujours aimé l’histoire , a raconté Isabelle Paquin, qui collectionne des antiquités depuis 25 ans. Sa passion pour les objets historiques l’a amenée à concevoir des robes d’époque. Je suis zéro en couture, mais depuis que j’ai cette passion-là, je pourrais faire une robe par semaine.

Plusieurs théières, tasses et assiettes d'antiquité.

Un groupe de femmes a pris le thé à la manière des aristocrates d’autrefois, dans un décor à l’image du 19e siècle.

Photo : Radio-Canada / Coralie Laplante

Les gentes dames ont appris les bonnes manières, et elles ont lu leur avenir dans des feuilles de thé dans un décor inspiré de la série télévisée Bridgerton.

C'est comme un [jeu de rôles] grandeur nature, mais cette fois, pour femmes. On voit toujours les hommes qui se battent et je voyais des fois,  dans des reportages, des femmes en belles robes qui étaient derrière. Je trouvais ça un peu dommage , a raconté Mme Paquin. 

L’expérience aura permis à Danielle, autoproclamée duchesse de Coderre, de s’amuser et de briser la monotonie du quotidien. Je suis veuve depuis quelque temps. Je suis souvent seule et je m'ennuie… J'ai décidé de venir vivre l'expérience ici pour rencontrer d'autres comtesses et duchesses comme moi pour me désennuyer.

Elle a pu le faire dans une atmosphère des plus distinguées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !