•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dépistage des allergies alimentaires : un service rarissime dans la région

Un professionnel de la santé pique une seringue dans le bras d'un patient.

Un patient se soumet à un test de dépistage (archive).

Photo : Radio-Canada

L’accès aux tests de dépistage d’allergies alimentaires est limité en Mauricie et au Centre-du-Québec. Depuis juillet, la clinique spécialisée AllergiMed de Trois-Rivières n'offre plus le service en raison d’un manque de personnel. Seules les allergies respiratoires sont traitées.

La clinique était l'une des rares ressources en allergies alimentaires dans la région, car rares sont les médecins ou les pédiatres qui se spécialisent en allergies alimentaires tout en poursuivant leurs activités médicales obligatoires, explique le médecin de famille Bruno Francoeur.

Le Dr Francoeur offrait des services en allergies alimentaires depuis quelques années à la clinique AllergiMed. On avait une liste d’attente de 12 à 18 mois pour les allergies alimentaires, raconte-t-il. Des allergies alimentaires, il y en a de plus en plus, les demandes sont de plus en plus grandes. Les allergies sont multiples et les cas plus complexes.

Le médecin a d’ailleurs fait une demande au Département régional de médecine générale (DRMG) pour se consacrer à temps plein aux services d’allergies alimentaires. Sa demande a été refusée. Il a donc décidé de changer de domaine.

Le manque de personnel de la clinique serait dû à des départs à la retraite ou vers d'autres emplois.

Des familles en attente 

Un centre de services par région serait le minimum, réagit Matthieu Gravel, père d’une fillette de deux ans allergique aux œufs et aux arachides.

La famille devait obtenir un rendez-vous de suivi à l’hôpital de Shawinigan au printemps dernier pour suivre la gravité des allergies de la petite. Depuis six mois, ils n’ont eu aucune nouvelle. 

C’est décevant. Des allergies, il n’y en a pas juste dans les grands centres. Toute la population du Québec peut être touchée. Je comprends que le système de santé est débordé, mais je pense que les ressources pourraient être mieux utilisées. On pourrait intégrer des nutritionnistes dans les équipes, soutient Matthieu Gravel.

Le CIUSSS MCQ au fait de la situation

Actuellement, un seul allergologue visite la Mauricie et le Centre-du-Québec, une fois par mois, pour traiter les demandes en allergies alimentaires des enfants, selon le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ).

Deux postes d'allergologues sont actuellement à pourvoir dans le réseau régional.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !