•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouveau programme de mentorat pour les femmes en agriculture

Une femme parle à un homme sur une ferme.

Les femmes demeurent sous-représentées en agriculture.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’Union des cultivateurs franco-ontariens (UCFO) et les Agricultrices du Québec ont décidé d’offrir un programme conjoint pour encourager l’entrepreneuriat féminin en offrant des services gratuits de mentorat aux agricultrices.

Les femmes demeurent sous-représentées en agriculture. En Ontario, ce sont 31 % des femmes qui œuvrent dans ce milieu. Au Québec, cette proportion s'élève à 28 %

On se préoccupe beaucoup de la relève agricole féminine, dit d’entrée de jeu Danik Lafond, directeur général de l’UCFO.

C’est pourquoi l’organisation qu’il représente va offrir un programme de mentorat individualisé, nommé AgriMentor.

Une vache dans une étable.

Une vache à la ferme laitière La Gantoise, à Lefaivre, dans l'Est ontarien.

Photo : Radio-Canada / David Bates

Les agricultrices intéressées peuvent nous joindre directement, indique-t-il.

De son côté, l’organisme Agricultrices du Québec va également s’occuper de l’aspect réseautage en offrant des cellules de codéveloppement, explique la directrice générale France De Montigny.

Des agricultrices vont donc pouvoir échanger ensemble sur le développement professionnel, le partage de connaissances, la résolution de problèmes, etc.

Les femmes sont sous-représentées en agriculture

Historiquement, les femmes ont souvent été sous-représentées en agriculture, notamment en raison de la conciliation travail-famille.

Ce que j’ai trouvé difficile quand j’ai eu mes enfants, c’était l'inaccessibilité à l’assurance emploi, mais ça concerne tous les travailleurs indépendants, pas juste ceux en agriculture, indique pour sa part Delphine Goubau, de la ferme laitière La Gantoise, à Lefaivre, dans l’Est ontarien.

Une ferme.

La ferme laitière La Gantoise, à Lefaivre, dans l'Est ontarien.

Photo : Radio-Canada / David Bates

Pour Mme Goubau, qui a repris les rênes de l’entreprise familiale, passer du temps avec ses enfants est un défi. Je suis toujours sur appel, donc la fin de semaine, c’est difficile de prévoir des activités, dit-elle.

D’ailleurs, c’est plutôt son mari qui s'occupe de la plus grande part de la charge parentale, car il travaille non pas dans le milieu agricole mais dans le domaine de la finance : Mon cas est assez particulier! dit Mme Goubau.

Elle estime toutefois qu’un programme de mentorat va vraiment encourager les femmes à se lancer en agriculture en plus de permettre de déconstruire les stéréotypes qui entourent les rôles traditionnels qu’on attribue aux femmes.

Avec les informations de Camille Kasisi-Monet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !