•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

18e festival Musique du bout du monde : « Gaspé était en feu ce week-end! »

Une foule acclamant une artiste sur scène.

Lisa LeBlanc était de passage au festival Musique du bout du monde, à Gaspé.

Photo : Radio-Canada / Marguerite Morin

Radio-Canada

C’est dimanche qu'est tombé le rideau du 18e festival Musique du bout du monde (FMBM), à Gaspé, qui a réinvesti cette année la rue de la Reine et a renoué avec un public survolté.

L’organisation, ainsi que son équipe d’environ 250 bénévoles, a su accueillir avec brio les milliers de festivaliers venus entendre les prestations de Lisa LeBlanc, Les Louanges, Franklin Electric et Ghetto Kumbé.

Le codirecteur du FMBM Steve Pontbriand souligne qu'il y en avait pour tous les goûts. S’étalant sur quatre jours, la programmation se voulait riche et diversifiée. Ça a levé chaque soir, à notre grand plaisir, et au grand plaisir des artistes, décrit-il. Nos souhaits les plus fous ont été réalisés.

« [Les artistes] l'ont tous nommé après leur passage chez nous : "Gaspé était en feu ce week-end!" »

— Une citation de  Steve Pontbriand, codirecteur du festival Musique du bout du monde

Valérie Ekoumé était du nombre. La chanteuse d’origine congolaise en était à sa première apparition au FMBM et elle comptait bien en profiter pour se faire remarquer.

J'ai fait 11 heures de route pour me produire sur cette scène, mais j'ai hâte, j'ai toujours hâte de me produire sur scène, mentionnait l’artiste, tout sourire avant son concert.

Le public au rendez-vous

Des gens déambulent dans une rue fermée à la circulation et bordée de kiosques et de terrasses.

Le festival a réinvesti cette année la rue de la Reine, qui est devenue piétonne pour l'occasion.

Photo : Radio-Canada / Marguerite Morin

Le codirecteur du festival note aussi que la foule était au rendez-vous. On a retrouvé les capacités qu’on avait avant la pandémie, c’était une de nos inquiétudes, affirme Steve Pontbriand.

Pour l'occasion, les festivités ont fait leur retour rue de la Reine, piétonne le temps du festival. La scène au mont Béchervaise a aussi fait son retour pour une deuxième année.

Des gens assis dur des bancs en bois rond à bonne distance assistent au spectacle. En arrière-plan, le paysage de la baie de Gaspé.

La scène au mont Béchervaise était de retour pour une seconde année (archives).

Photo : Radio-Canada / Marie-Claude Tremblay

Un festival sans anicroche

La saison des festivals s’est assombrie cet été avec les allégations d’intoxications qui seraient survenues au Festi-Plage de Cap-d’Espoir.

Aucun signalement n’a été recensé pour l'instant au festival Musique du bout du monde, selon son codirecteur. Steve Pontbriand estime que le déploiement d’agents de sécurité partout sur le site, de même que des partenariats avec des organismes communautaires et une foule bienveillante ont contribué au sentiment de sécurité.

Une nouvelle initiative écologique

Pour garder un souvenir du festival, le public était invité à apporter ses propres pièces de vêtement pour y faire apposer le logo du FMBM. Une démarche écologique que défend l'artiste Katy Collet, qui tenait le kiosque de sérigraphie.

Un chandail usé sur lequel est apposé le logo du festival.

Un kiosque de sérigraphie était présent sur le site du festival pour permettre aux visiteurs de repartir avec un souvenir.

Photo : Radio-Canada / Sarah Gagnon-Piché

C'est faire en sorte de réutiliser ce qui a déjà été fabriqué et donc pas d'aller chercher nécessairement de nouveaux chandails, de nouveaux produits fabriqués, explique-t-elle.

Le festival Musique du bout du monde se déroulera l'an prochain du 10 au 13 août.

D'après le reportage de Marguerite Morin et avec les informations de Sarah Gagnon-Piché

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !