•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Journée des cordes réunit des musiciens professionnels à Saint-Camille

Un chef d'orchestre dirige des musiciens.

L'ensemble joue sous la direction du chef Jean-Pascal Hamelin.

Photo : Radio-Canada / Joël Provencher

Radio-Canada

Passer une journée à répéter au sein d'un orchestre d'un jour afin de présenter un concert de qualité en après-midi, voilà le défi qu'ont relevé des dizaines de musiciens professionnels dimanche à l'occasion de la Journée des cordes à Saint-Camille.

Au total, une trentaine de professionnels des instruments à cordes ou d'amateurs de haut niveau étaient présents pour cette journée. Dès 10 h, ils ont commencé à répéter ensemble des pièces qu'ils avaient jusque-là répétées chacun de leur côté.

L'après-midi, le public a pu assister aux dernières générales de l'ensemble avant le concert final, qui a eu lieu au Camillois, une église transformée en salle de spectacle, à compter de 16 h 30.

Selon le directeur du Boulv'Art de Saint-Camille, l'organisme porteur de la Journée des cordes, l'activité a fait le bonheur des musiciens.

Ces gens font de la musique, mais souvent en solo ou bien en duo avec des amis ou des membres de leur famille à la maison. Se retrouver avec un chef et s'approprier des partitions pour répéter ensemble, c'est l'expérience de l'orchestre recherchée par les artistes. Ils sont ravis.

« On est dans la proximité, dans l'intimité avec les musiciens. Les gens entourent l'orchestre et voient le chef, qui s'adresse aussi à eux. »

— Une citation de  Jean-Pierre Harel, directeur du Boulv'Art de Saint-Camille

À compter de 14 h, la population a même été invitée à se joindre à l'ensemble pour répéter une chanson destinée à être jouée durant la prestation. Les spectateurs présents à 16 h 30 ont ainsi pu entendre la pièce Quand les hommes vivront d'amour chantée par des citoyens accompagnés par des musiciens professionnels.

L'idée d'une telle journée a germé dans la tête de David Lytle, un compositeur et interprète de Danville, qui a lancé l'activité en 2015.

Je parle de communion dans le sens le plus noble du mot. Pour moi, c'est une expérience incroyable qui tisse des liens. C'est bon non seulement pour la santé morale et psychologique mais pour la santé sociale aussi. Les expériences semblables permettent de consolider les liens entre les gens, même simplement en y assistant. On participe à un même moment en même temps, tout ça grâce à la musique, a conclu Jean-Pierre Harel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !