•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un créateur dyslexique lance un jeu misant sur l’accessibilité

Le livret du jeu Dragons & Travellers' Tales est déposé sur une table avec un crayon et des dés.

Kyle Thompson a notamment choisi une police de caractère facilement lisible par les personnes atteintes de dyslexie lors de la création du jeu « Dragons & Travellers' Tales ».

Photo : Fournie par Kyle Thompson

Radio-Canada

Un amateur de jeux de société atteint de dyslexie et ancien résident de Kamloops, en Colombie-Britannique, a décidé de créer un jeu ayant l’accessibilité à coeur.

Joueur aguerri, Kyle Thompson avait l’impression que de nombreux jeux de société n’étaient pas créés en pensant aux personnes qui éprouvent les mêmes difficultés que lui. Dans bien des cas, la seule lecture des règlements et leur compréhension est une épreuve pour les personnes aux prises avec un trouble d’apprentissage ou qui doivent composer avec la dyslexie, explique-t-il.

Apprendre comment fonctionne le jeu et quels en sont les règlements peut parfois être épuisant, déplore-t-il.

C’est pourquoi il a passé ses temps libres des cinq dernières années à créer un jeu de société accessible autour de l’univers du jeu de rôle.

Dragon & Travellers’ Tales permet à deux joueurs de créer leur propre univers fantaisiste. Ils créent ainsi leurs personnages et en déterminent les traits et les objectifs.

En 6 à 10 séances d’une heure, les joueurs sont appelés à faire évaluer leur personnage à partir de phrases prédéterminées et du hasard imposé par des dés.

Selon Kyle Thompson, cette façon de jouer permet non seulement aux participants de développer l’histoire et la vie de leur personnage, mais aussi de tisser des liens entre joueurs grâce à la collaboration nécessaire au développement de l’histoire.

Des règles claires, clairement écrites

L’un des objectifs de Kyle Thompson était de s’assurer que les instructions aux joueurs sont claires et accompagnées d’une description qui en facilite la compréhension.

J’ai trouvé une police de caractères facilement lisible pour les personnes dyslexiques et le texte est disposé de façon à favoriser une lecture facile, ce qu’on ne voit pas souvent dans les jeux, précise-t-il.

Ce genre de jeux, Adrian Bolesnikov en est friand. L’étudiant à la maîtrise en interaction entre êtres humains et ordinateurs à l’Université Carleton s’intéresse notamment à l’accessibilité des jeux de société.

C’est extrêmement important. Il y a un vide considérable en matière d’accessibilité dans le monde du jeu, note-t-il.

Selon lui, le processus de création des jeux oublie souvent les personnes qui ont besoin de mesures d’accessibilité.

Il ajoute que des groupes de joueurs finissent habituellement par trouver des moyens de contourner ces barrières imposées par inadvertance. Il raconte, par exemple, avoir vu des personnes aveugles ajouter des caractères en braille ou des autocollants à textures variées à des cartes à jouer pour pouvoir les différencier.

Si l’accessibilité a longtemps été oubliée, elle tend toutefois à revenir à la mémoire des producteurs, qui font de plus en plus d’ajouts en ce sens à leurs jeux.

Il cite notamment certains jeux dont une version du guide du joueur est offerte par un assistant virtuel. 

Entre-temps, le jeu Dragon & Travellers’ Tales sera mis en marché en ligne à compter de la mi-septembre.

Avec les informations de Jenifer Norwell et de l’émission Daybreak Kamloops

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !