•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Parti québécois promet une loi sur le statut particulier des Îles-de-la-Madeleine

Un paysage de Havre-aux-Maisons.

Selon le chef péquiste Paul St-Pierre Plamondon, le décret actuel, signé en 2016, est insuffisant pour reconnaître le statut particulier de l'archipel (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

S’il est élu le 3 octobre prochain, le Parti québécois (PQ) adoptera une loi destinée à reconnaître le statut particulier des Îles-de-la-Madeleine. C'est ce que promet son chef, Paul St-Pierre Plamondon, de passage dans l'archipel en fin de semaine.

Le chef péquiste a fait part de cet engagement pour que le contexte madelinot, sans commune mesure avec celui des autres régions du Québec, soit pris en compte lors de l’élaboration et de la mise en œuvre des politiques publiques, explique le parti dans un communiqué.

Avec une telle loi, un gouvernement péquiste épongerait par exemple la totalité des coûts supplémentaires que l'accès à certains services sur l'archipel occasionne en raison de son éloignement géographique.

Si on ne tient pas compte de l’insularité, c’est injuste, ça coûte trop cher, et nous, on pense au Parti québécois que les Îles-de-la-Madeleine devraient avoir un statut équitable, affirme Paul St-Pierre Plamondon.

Paul St-Pierre Plamondon et Joël Arseneau posent sur une plage devant une falaise érodée à l'arrière-plan.

Paul St-Pierre Plamondon en compagnie du député péquiste madelinot Joël Arseneau (archives)

Photo : Avec l'autorisation du Parti québécois

Le député péquiste des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau, abonde dans ce sens. Les coûts des matériaux sont plus élevés, la géographie, les approvisionnements, l’énergie, la biodiversité... Tout est extraordinaire, et cela a des impacts, énumère-t-il par voie de communiqué, ajoutant vouloir en finir une bonne fois pour toutes avec ce débat.

Selon Paul St-Pierre Plamondon, le décret actuel, signé en 2016, est insuffisant pour reconnaître le statut particulier de l'archipel. Il est facile à détourner, c’est du cas par cas et ça n’avance pas, déplore-t-il.

Une lutte à surveiller

La circonscription des Îles-de-la-Madeleine, la moins populeuse du Québec, promet d’être âprement disputée. Le député sortant, Joël Arseneau, croisera le fer avec le maire des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre, candidat pour la Coalition avenir Québec (CAQ).

M. Lapierre avait battu Joël Arseneau aux élections municipales de 2013.

L’actuel directeur de l’Association des chasseurs de phoques intra-Québec, Gil Thériault, représentera pour sa part le Parti libéral du Québec (PLQ) dans la circonscription. Québec solidaire (QS) a recruté l’ancien conseiller municipal Jean-Philippe Déraspe, alors que le Parti conservateur du Québec (PCQ) sera représenté par Evan Leblanc.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !