•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une attaque dans un hôpital psychiatrique révèle des failles de sécurité

Un bâtiment au toit rouge dans un parc.

L’hôpital de psychiatrie médicolégale de Coquitlam est un établissement de 190 lits.

Photo : Autorité provinciale de la santé de la Colombie-Britannique

Radio-Canada

Plusieurs violations des règles de sécurité au travail ont été découvertes à la suite d’une attaque menée par un patient contre trois employés de l’Hôpital de psychiatrie médicolégale de Coquitlam, en banlieue de Vancouver, le mois dernier.

Deux des travailleurs ont subi une commotion cérébrale et le troisième souffre de maux de dos à la suite de l’attaque survenue dans la cuisine de l’établissement, selon un rapport d’incident.

WorkSafeBC a lancé deux ordres visant à forcer l’hôpital à se plier à la réglementation, évoquant notamment des défaillances dans l’évaluation des risques présentés par les patients et dans les politiques liées à la violence.

L’employeur n’a pas établi de procédures et de politiques permettant de minimiser le risque de violence contre ses employés, note l’agent de santé et sécurité au travail Cris Barzan dans l’un de ses deux rapports.

L’évaluation du risque de violence [de l’établissement] omet les circonstances dans lesquelles les employés interagiront avec le patient , précise-t-il dans l’autre.

L’hôpital psychiatrique public de 190 lits spécialisé dans le traitement de patients criminels ou ayant été reconnus non criminellement responsables d’un acte avait jusqu’au 7 août pour se plier aux exigences de WorkSafeBC.

L’Autorité provinciale de la santé, de qui relève l’établissement, n’a pas répondu aux demandes de commentaires de CBC News.

L’incident du mois dernier n’est pas le premier à valoir à l’Hôpital de psychiatrie médicolégale de la province les foudres de WorkSafeBC. En 2019, l’établissement a été contraint de payer une amende de 646 302 $, la plus élevée de la province à l’époque, à la suite de deux attaques menées par des patients, dans lesquelles cinq employés ont été blessés.

L’employeur a également été contraint de payer 15 000 $ d’amende pour avoir omis de se conformer à des ordres de WorkSafeBC en 2016, et 75 000 $, à la suite d’une autre attaque ayant fait un blessé chez les employés survenue en 2014.

Avec les informations de Bethany Lindsay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !