•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les futures mères de l’est ontarien avisées d’une éventuelle interruption des péridurales

Un professionnel effectue une péridurale à une patiente.

Une pénurie mondiale de cathéters utilisés pour administrer les analgésiques pourraient causer l'annulation de péridurales.

Photo : Getty Images / CHANAWIT

Radio-Canada

Les sages-femmes d'Ottawa et de Kingston préparent leurs patientes à la possibilité qu'elles n'aient pas accès à une péridurale pendant l'accouchement, étant donné la pénurie mondiale de cathéters utilisés pour administrer les analgésiques.

Chelsea Loutsenko, une sage-femme de Kingston, avance que plusieurs de ses patientes prévoyaient accoucher sans anesthésie. Mais l’idée qu’elles puissent avoir accès à une péridurale leur apporte un certain réconfort, dit-elle.

Je pense que [la pénurie] ajoute une couche supplémentaire d'incertitude et peut-être un peu d'inquiétude [pour ces femmes prêtes à accoucher], croit Mme Loutsenko qui dit s’attendre à ce que les services de sage-femme soient plus demandés.

Le Centre des sciences de la santé de Kingston a envoyé une lettre aux patientes qui prévoient prochainement donner naissance indiquant que l'hôpital surveillait actuellement son approvisionnement, mais que sa capacité à offrir un contrôle de la douleur par péridurale pendant le travail pourrait être affectée.

Dans une déclaration fournie à CBC, un porte-parole de l’établissement de santé a indiqué que l'hôpital ne limitait pas l'accès aux péridurales pour le moment, mais que les inventaires étaient surveillés de près et qu’un plan d’urgence était prévu si la pénurie de cathéters se poursuivait.

Chelsea Loutsenko dit ne pas s'inquiéter pour ses patientes qui accouchent au cours du mois prochain, mais que c'est une autre histoire pour celles qui doivent donner naissance en octobre et novembre.

Je pense que si la pénurie continue, nous devrons avoir beaucoup de discussions, dit-elle.

Kiersten Bellmore-Nidd doit donner naissance à son deuxième enfant le 31 octobre à Ottawa. Elle a déjà prévu de recevoir une péridurale.

C'est préoccupant. Le fait de ne pas avoir le choix, c'est quelque chose qui vous trotte dans la tête parce que cela vous enlève le contrôle, a-t-elle partagé.

Mme Bellmore-Nidd envisage d'accoucher à l'Hôpital Montfort et a embauché une sage-femme pour l'accompagner pendant son travail.

Elle dit avoir discuté avec la professionnelle d’autres moyens de gérer la douleur pendant le processus.

Kiersten Bellmore-Nidd a également tenté d’aborder la question avec son équipe de médecine familiale sans réponse précise.

« C'était : "Je ne veux pas t'inquiéter, mais nous en reparlerons quand la date de l'accouchement approchera" », raconte-t-elle.

Les porte-parole de l'Hôpital Montfort et de l'Hôpital Queensway Carelton soutiennent que leurs patientes ne sont actuellement pas affectées par la pénurie de cathéters.

Pour sa part, l'Hôpital d'Ottawa a déclaré dans un communiqué qu'il surveillait la situation tout en s'assurant qu'il n'y ait aucun impact sur les patients. La direction de l’établissement dit travailler en étroite collaboration avec les fournisseurs pour trouver des substituts et des alternatives.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !