•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour en force et en musique du Franco Festival de Calgary

Un festivalier se promène entre les kiosques.

Des centaines de personnes ont profité du festival toute la journée de samedi.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Leblanc

Radio-Canada

Le Franco Festival a renoué avec les francophones de l'Alberta dans une ambiance musicale riche en couleurs samedi au centre-ville de Calgary. 

L’événement a fait son retour en force à la place Olympique après deux années de restrictions sanitaires liées à la pandémie de COVID-19. 

Les températures chaudes n’ont pas refroidi les centaines de festivaliers venus profiter de ce bain culturel.

Le but de l'événement : faire découvrir les diverses communautés francophones du monde, explique une des coordinatrices du projet, Zinha Muabi. 

La francophonie n'est pas juste le Québec ou la France, a-t-elle souligné, d'autant plus que la majorité des kiosques représentaient des communautés de l’Afrique. 

Zinha Muabi, la chargée des opérations au Portail de l'Immigrant Association (PIA), l’organisme à but non lucratif à l’origine de l’événement lancé pour la première fois en 2011, souligne que le Franco Festival est un lieu de rencontre pour la francophonie. 

C’est une occasion pour tout le monde [...] de voir justement qu'il y a cette diversité, parce que quand [certains] sont arrivés, beaucoup se disaient ‘’On sait pas, est-ce qu’il y a des francophones, où sont-ils?’’

Rima Elsefari et ses filles se préaprent à jouer de la musique pour les festivaliers.

Rima Elsefari et ses filles se préparent à jouer pour les festivaliers.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Leblanc

La violoniste Rim Elsefari, se réjouit aussi de ce retour sur scène avec le public francophone après avoir joué de la musique accompagnée de ses filles. 

Je peux dire que je partage un petit morceau de la culture française, dit-elle. Je suis très contente de partager cette culture à Calgary, parce que c’est quelque chose de bon.

Joe Bryan Mugisha se tient dans le kiosque du Burundi.

Joe Bryan Mugisha était très heureux de faire découvrir sa culture en français.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Leblanc

Un avis que partageJoe Bryan Mugisha, un bénévole du kiosque du Burundi :  C’est une opportunité de montrer notre richesse.

C’est un pays bilingue [et] d’avoir cette opportunité de représenter notre côté francophone, c’est bien.

Il s’agissait de la 19e année du Franco Festival de Calgary. 

Avec les informations de Bassirou Bâ et Marc-Antoine Leblanc.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !