•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une expédition thérapeutique pour 14 jeunes en rémission

Les trois jeunes devant la rivière.

Jeanne Lachance, Samyra Duchesne et Maxime Lessard-Bouchard étaient heureux de vivre cette aventure en compagnie de jeunes qui vivent la même chose qu'eux.

Photo : Radio-Canada / Katya D'Amour

Radio-Canada

Un groupe de jeunes en rémission du cancer réalisent une expédition thérapeutique à Girardville, sur la rivière Mistassini. Grâce à la fondation Sur la pointe des pieds, les participants provenant de partout au pays expérimentent une semaine complète de canot-camping.

Les participants, âgés entre 14 et 18 ans, ont tous livré une bataille contre le cancer et sont actuellement en rémission. Cette expédition se veut aussi un remède à l'isolement.

Je n'ai jamais vraiment eu l'occasion de rencontrer des jeunes qui sont passés par la même chose que moi, explique Jeanne Lachance, 15 ans, de Saint-Jérôme.

Ces adolescents sont venus d'un peu partout au Canada pour vivre cette aventure thérapeutique au Lac-Saint-Jean. L'expérience leur permet de tisser des liens uniques.

« On est tout de suite devenu très proches avec ce gros lien, cette grosse ressemblance qu'on avait et honnêtement c'était fantastique. »

— Une citation de  Maxime Lessard-Bouchard, 17 ans, de Lévis
Les trois jeunes devant la rivière.

Jeanne Lachance, Samyra Duchesne et Maxime Lessard-Bouchard étaient heureux de vivre cette aventure en compagnie de jeunes qui vivent la même chose qu'eux.

Photo : Radio-Canada / Katya D'Amour

Ça faisait un drôle de sentiment parce que c'est rare qu'on a cette chance là, mais c'est le fun de voir des points en commun, ajoute de son côté Samyra Duchesne, 17 ans de St-Jérôme.

Même si la fondation Sur la pointe des pieds a pu organiser quelques activités au cours des deux dernières années malgré la pandémie, c'est le grand retour de cette expédition d'envergure.

« Trois jours, deux nuits c'est vraiment le minimum pour réussir à atteindre certains objectifs, à créer une dynamique de groupes qui va évoluer aussi sur trois jours. Plus c'est long, plus on peut ajuster des outils au fil du déroulement du projet. On voit le groupe évoluer et passer à travers différentes phases », explique Marie-Michelle Paradis, chargée de projets.

Ce type d'activité est d'ailleurs hautement bénéfique pour les jeunes en rémission, selon Marie-Ève Langelier, intervenante psychosociale.

« Ça les aide beaucoup à rebâtir leur confiance en eux et c'est aussi de ressortir quelque chose de positif du cancer. »

Les jeunes pourront profiter de ces moments de calme, de plaisir et de répit pour une dernière journée dimanche, sur la rivière Ouasiemsca.

D'après les informations de Katya D'Amour

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !