•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Voitures anciennes : voyage dans le temps au centre-ville de Rimouski

Trois voitures anciennes.

Près de 300 voitures anciennes sont exposées à la place des Anciens Combattants.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Après deux années d'absence, le Week-end des anciennes de Rimouski est de retour. Près de 300 véhicules d'antan sont exposés samedi et dimanche à la place des Anciens Combattants.

Les exposants sont au rendez-vous et de nombreux participants de la Gaspésie et du Nouveau-Brunswick ont fait le déplacement, selon le président de l'éxposition, Jean-Claude Leclerc.

Il précise que toutes les voitures qui ont plus de 25 ans sont acceptées, à condition qu'elles soient en bon état.

Il y en a de toutes les années, on en a même [quelques-unes] aujourd'hui de 1930. On essaie d'offrir quand même une belle variété de véhicules, souligne M. Leclerc.

« Quand tu t'en vas en vieille auto, avec de la musique des années 1950, c'est comme si tu étais dans un autre monde. »

— Une citation de  Jean-Claude Leclerc, président du Week-end des anciennes de Rimouski
Un homme assis dans une voiture.

Jean-Claude Leclerc, président du Week-end des anciennes de Rimouski

Photo : Radio-Canada / Sophie Martin

Jacques Caron, qui ne compte plus ses participations à cette exposition, est d'avis que la passion pour les voitures anciennes est un mode de vie. Quand on est dans ces véhicules-là, on est un peu comme dans [une autre] époque, raconte-t-il.

L'exposant présente sa Ford Fairlane 500 Skyliner, une voiture de 1959 qui ne passe pas inaperçue quand il prend le volant.

Un homme pose fièrement près de sa voiture.

Jacques Caron pose aux côtés de sa Ford Fairlane 500 Skyliner.

Photo : Radio-Canada / Sophie Martin

C'est un peu un petit plaisir. Quand on est en utilisation, qu'on va se parquer quelque part, qu'on va au resto, à une terrasse, ça attire l'attention, c'est normal que le monde pose des questions, veut savoir c'est quoi, reconnaît M. Caron.

D'après le reportage de Sophie Martin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !