•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des artistes s’inspirent de la culture autochtone pour créer des récipients d’eau

Des personnes assises à même le sol manipulent des objets.

À travers cette expérience, il s'agit d'enseigner aux participants leur interconnexion avec la terre et leur responsabilité en vue de sa protection.

Photo : Megan Lindell

Radio-Canada

Un groupe d'artistes participe depuis lundi à Grand Rapids au Manitoba à un atelier de deux semaines portant sur la création de récipients d’eau s'inspirant des traditions autochtones.

L’atelier intitulé Water knowledge (connaissance de l’eau) est dirigé par l'artiste visuelle oji-crie KC Adams et regroupe des artistes qui s’identifient comme des femmes et des personnes non binaires.  

L'expérience vise à enseigner aux participants leur interconnexion avec la terre et leur responsabilité en vue de sa protection.

L’activité s’inscrit dans le cadre de l'institut d'été de l'Institut d'art contemporain Plug In. 

Il s'agit pour les participants d'écouter la terre et d'utiliser leurs mains, indique KC Adams en entrevue à CBC.

Elle explique que l'atelier honore la culture anishinabe qui reconnaît l'eau comme la vie et les femmes comme des porteuses d'eau. Cette approche permet aux participants de comprendre leur lien avec la terre et l'eau à un niveau beaucoup plus profond, poursuit l'artiste KC Adams, en faisant une comparaison avec le jardinage.

On ne peut pas vraiment comprendre l'importance de la nourriture et combien elle est précieuse et belle tant qu'on n'a pas cultivé la sienne, note-t-elle. Après une telle expérience, souligne-t-elle, on comprend vraiment la relation que nous avons avec la terre et l'eau.

Les artistes qui participent à l’atelier doivent alors récolter de l’argile pour créer les récipients d’eau.

J'ai l'impression que travailler avec l'argile avant était vraiment significatif, et être ici dans cet espace et avoir mes mains sur la terre a simplement augmenté cette expérience et m'a apporté une signification plus profonde, déclare Rachel Bach, sage-femme traditionnelle et artiste participant à l’atelier.

Mme Bach affirme que les enseignements acquis lors de l'atelier soutiendront son travail de sage-femme et d'artiste.

Au cours de la première semaine de l'atelier, les participants ont appris des enseignements sur l’eau auprès des aînés autochtones ainsi que par le biais de textes et de promenades. 

Au cours de la deuxième semaine de l'atelier, ils seront encouragés à produire un travail individuel basé sur ce qu'ils ont appris au cours de la première semaine.

L'activité s'achève le 19 août prochain.

Avec les informations de Ozten Shebahkeget 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !