•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dernier adieu pour le restaurant Edgar à Gatineau

Des gens font la file à l'extérieur du restaurant Edgar.

Plusieurs personnes se sont ruées au restaurant Edgar à Gatineau samedi pour y déguster un dernier repas avant sa fermeture.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Deroy

Radio-Canada

La file d’attente faisait tout le coin de rue, une foule de clients venus saluer une dernière fois la Dutch Baby, cette fameuse crêpe soufflée qui a fait la réputation du restaurant Edgar, à Gatineau, depuis bientôt 14 ans.

On n’a jamais pu l’enlever du menu! s’esclaffe Marysol Foucault, propriétaire, fondatrice et cheffe du Edgar. La Dutch Baby est soufflée, fourrée à la compote de pommes et garnie de cheddar fort. Sur le tout est déposé un morceau de bedaine de porc.

Avant même de s’en délecter, les clients l’ont déjà tous à la bouche. Ils sont prêts à attendre le temps qu'il faut pour la savourer une dernière fois. Des fidèles indélogeables.

Une longue file d'attente devant le restaurant Edgar.

Plus d’une centaine de personnes se sont rendues au réputé restaurant samedi.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Deroy

Élisabeth Ménard se souvient de sa première fois au restaurant. J’avais fait l’erreur de ne pas prendre la Dutch Baby. Mon mari l'avait prise et j’ai mangé la moitié de son déjeuner, rigole-t-elle sur sa chaise pliante. Elle était devant le restaurant à 8h samedi matin, une heure et demie avant l’ouverture.

C’est la combinaison de tous les ingrédients. [...] C’est génial, ajoute Danielle Jubinville, une habituée du restaurant depuis sept ans.

C’est aussi très touchant, pour Marysol Foucault, que plus d’une centaine de personnes se soient rendues à l’établissement samedi matin. À l’image de son plat devenu mythique, la cheffe est particulièrement appréciée de ses clients.

Elle est incroyable. [...] Elle nous parle vraiment à nous. Quand elle met l’assiette sur la table, c’est vraiment pour nous. Elle est sincère, honnête. Ça fait longtemps qu’on la connaît. On ne rencontre pas quelqu’un comme ça souvent, ajoute Élisabeth Ménard avec émotion.

Elle est toujours là. C’est vraiment la cheffe de la place qui met tout son cœur dans ses recettes, commente pour sa part Florence Bolduc, une autre habituée. C’est très chaleureux, très convivial, tout en étant très professionnel.

Du temps pour elle et sa famille

Marysol Foucault a pris la décision de fermer son restaurant d’abord et avant tout pour sa famille. Edgar, c’est une grande partie de ma vie. Je ne peux pas avoir un plus beau merci que dans les dernières semaines, a dit la cheffe en entrevue avec Radio-Canada, la gorge nouée par l’émotion. Je me suis un peu oubliée dans ces 14 années-là.

Dans la création du Edgar, elle pense d’abord à la centaine d’employés qui sont passés entre ses murs au fil des années. Leur compagnie va lui manquer, regrette-t-elle. Je suis bien entourée.

Marysol Foucault sourit pour la photographie.

Marysol Foucault était aux fourneaux du restaurant Edgar depuis près de 14 ans. La cheffe souhaite maintenant se concentrer sur de nouveaux projets et passer plus de temps avec sa famille (archives).

Photo : Radio-Canada / Trevor Pritchard

Mme Foucault, qui travaille aussi en télé, a décidé de prendre un an pour prendre soin de ses proches, de son fils et de sa mère au premier chef. Je veux relaxer un peu, avec du silence, ce que je n’ai jamais eu autour de moi! ajoute-t-elle, rieuse. Elle va certes continuer à cuisiner, mais pour ses proches, et surtout en petites quantités, précise-t-elle, chose impossible pour un restaurant toujours plein comme le Edgar.

Et ensuite? Je veux écrire un ou deux livres de recettes, affirme-t-elle.

À savoir maintenant si sa passion de la cuisine se transmettra à son héritier, Marysol Foucault n’en est pas convaincue. Je ne pense pas que mon fils aille en cuisine. Il aimerait sûrement mieux créer des figurines pour Super Mario! conclut-elle avant de retourner, pour quelques heures encore, papoter avec ses clients… et pour cuisiner des crêpes Dutch Baby pour tous les affamés du samedi matin.

Avec les informations de Camille Kasisi-Monet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !