•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un champignon s’attaque à des érables de Norvège à Sherbrooke

Un arbre perd ses feuilles sur la rue de l'Ontario.

Les érables de Norvège touchés par la tache goudronneuse peuvent perdre leurs feuilles.

Photo : Radio-Canada / Robert Dubois

Radio-Canada

Un champignon qui s'attaque aux érables de Norvège et qui cause une maladie nommée tache goudronneuse est à l’origine de petites taches noires aperçues sur les feuilles de certains arbres sherbrookois. Un secteur patrimonial du Vieux-Nord de Sherbrooke est particulièrement touché, mais la situation n'est pas unique à cet endroit.

C'est vraiment marquant, les feuilles sont toutes séchées, fait remarquer Jean-Luc Couture, qui vit sur la rue de l’Ontario. Il dit avoir observé ce phénomène inhabituel dans son quartier il y a quelques semaines.

Des taches noires sont notamment visibles sur les érables de Norvège infectés et sur des feuilles au sol sur les rues de l’Ontario et de Vimy, sur le boulevard de Portland et même au domaine Howard.

On se pose des questions sur l’environnement. Qu’est-ce qui se passe partout? demande Charles Auger, qui habite sur la rue de Vimy.

Ce n’est pas la première année que Sylvie Lafond, une autre résidente du secteur, remarque des anomalies sur les érables de Norvège devant chez elle.

« C'est triste. Ça fait plusieurs fois que les gens arrêtent et me demandent : "Qu'est-ce qu'ils ont, vos arbres?" »

— Une citation de  Sylvie Lafond

La Ville de Sherbrooke surveille la situation de près depuis au moins cinq ans.

Après plusieurs années d'infestation par le champignon, il peut s’avérer que l'arbre commence à avoir de la misère à le combattre, que ça s’envenime avec le temps et que ça brûle complètement les feuilles. Ils [les arbres] perdent alors les feuilles en plein milieu du mois d'août, explique Michaël Drouin, contremaître en arboriculture à la Ville de Sherbrooke.

Les arbres infectés par la tache goudronneuse ne sont pas morts. La Ville de Sherbrooke demande aux citoyens de ne pas les couper.

Il n'y a aucun danger pour l'érable à sucre, l’érable rouge ou les autres types d'arbres. C'est vraiment spécifique à l'érable de Norvège. La clé dans tout ça, c'est une bonne diversité d'arbres, c'est d’avoir beaucoup [d'essences] d'arbres. Comme ça, si on en perd un petit secteur, il va en rester d'autres pour prendre leur place, souligne M. Drouin.

La Ville de Sherbrooke invite les citoyens à ramasser les feuilles des arbres infectés et à les mettre au compost pour éviter que la maladie revienne l’année suivante.

Avec les informations de René-Charles Quirion

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !