•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Controverse sur les saumons : les gros travaux à Hope sont finis, assure Trans Mountain

Un pipeline déposé dans une rivière.

Mise à l’eau du pipeline du projet d’expansion de Trans Mountain dans la rivière Coquihalla, le 9 août 2022, à Hope, en Colombie-Britannique.

Photo : Fournie par Trans Mountain

En début de semaine, des voix s'élevaient contre le projet d'expansion du pipeline Trans Mountain qui touche la rivière Coquihalla dans la région de Hope, et ses conséquences sur les saumons. L’entreprise a annoncé jeudi que les travaux en eau vive de la traversée de la rivière « ont été achevés avec succès ».

Lundi, Pêches et Océans Canada et le Comité consultatif et de surveillance autochtone de TMX (IAMC) ont visité le chantier de construction à plusieurs reprises, explique Barre Campbell, agente de relations avec les médias pour Pêches et Océans Canada. Elle ajoute que le ministère sera sur place et continuera de surveiller la conformité à la réglementation, et d’évaluer la situation pour s’assurer que le poisson et l’habitat du poisson sont protégés.

De son côté, Trans Mountain assure, sur son site, que l'installation d'un pipeline sous la rivière Coquihalla est terminée. L’entreprise dit avoir fait d’une pierre deux coups, en remplaçant en même temps un segment du pipeline existant, pour limiter l'impact environnemental sur la rivière.

« Maintenant que la conduite a été installée, le cours d'eau retrouvera sa trajectoire naturelle et les saumons de montaison précoce pourront continuer à remonter le courant de la rivière. »

— Une citation de  Trans Mountain
Un petit poisson mort dans des mains.

Un poisson mort sur les rives de la rivière Coquihalla à Hope, en Colombie-Britannique, alors que se déroule la construction du pipeline Trans Mountain.

Photo : Radio-Canada / Gian Paolo Mendoza

Barre Campbell confirme que les travaux importants réalisés sur ce passage sont terminés, mais il reste des travaux dans l’eau à effectuer, dont le remblayage de la tranchée, la restauration du lit et des berges du cours d’eau, ainsi que l’enrochement pour protéger les berges.

Selon les prévisions de Trans Mountain, ces travaux seront terminés d’ici le 19 août, soit avant que les populations de saumon de la rivière Coquihalla ne reviennent frayer, précise l’agente du ministère.

« Retarder l’achèvement des travaux augmenterait le risque pour les saumons, car ils reviennent en plus grand nombre à la fin d’août et en septembre. »

— Une citation de  Barre Campbell, agente de relations avec les médias, Pêches et Océans Canada

Une mortalité ayant eu lieu avant le frai, selon le ministère

Barre Campbell explique que la mortalité des saumons rouges qui a été signalée est probablement une mortalité ayant eu lieu avant le frai, résultant de l’énergie dépensée par le saumon, qui attend dans la rivière Coquihalla que les débits élevés du fleuve Fraser s’atténuent pour être en mesure de poursuivre sa migration plus en amont dans le fleuve Fraser en vue de frayer.

Trans Mountain affirme que tous les travaux sont conformes aux plans de protection de l'environnement approuvés par la Régie de l'énergie du Canada, ainsi qu'aux permis délivrés par le ministère de Pêches et Océans Canada et la BC Oil and Gas Commission.

Barre Campbell précise que les activités dans le cours d’eau ne sont autorisées que pendant 15 heures par jour, ce qui permet aux poissons, selon elle, de passer en l’absence d’activités dans l’eau.

Une vue aérienne des travaux d'excavation de Trans Mountain.

Vue aérienne des travaux d'excavation de Trans Mountain au milieu de la rivière Coquihalla.

Photo : Protect the Planet

Jeudi, quatre députés du Nouveau Parti démocratique (NPD), Lisa Marie Barron, Jenny Kwan, Peter Julian et Bonita Zarrillo, ont envoyé une lettre à quatre ministres fédéraux. Ils leur demandent d’intervenir immédiatement et d’arrêter l'expansion du pipeline au minimum jusqu'à ce que le saumon ait frayé et que la montaison du saumon soit achevée en toute sécurité.

Les signataires précisent qu'il semble que la montaison précoce du saumon signifie que les travaux ont un impact majeur sur le poisson.

Mardi, sur Twitter, le ministre de l’Environnement George Heyman expliquait que le Service des agents de conservation de la province s’est rendu sur les lieux.

Il ajoutait avoir exhorté le gouvernement fédéral [...] à mener une enquête approfondie sur ces plaintes et à prendre les mesures appropriées pour protéger le saumon sauvage et les voies navigables de la Colombie-Britannique si des actes répréhensibles sont découverts.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !