•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une émission de téléréalité pour que les personnes handicapées trouvent l’amour

« En 2022, la première question qu’on peut se poser, c’est pourquoi ça demeure assez rare de voir des personnes handicapées à la télévision et dans les médias. » – Laurence Parent

La personne en fauteuil roulant se regarde dans un miroir.

Liana Adam participe à l'émission « Et si c'était toi? »

Photo : Patrick Maltais Verrette

Cecile Gladel

Et si c’était toi? est le titre d’une nouvelle téléréalité qui jouera l’entremetteuse entre des personnes en situation de handicap ou non. Actuellement en tournage, l’émission, animée par Varda Étienne, sera diffusée sur les ondes d’AMI-télé durant l’hiver 2023.

Isabella Federigi, vice-présidente au développement de contenu et programmation d’AMI-télé, a eu l’idée de cette téléréalité amoureuse après avoir vu l’émission britannique First Date, diffusée depuis 2013, et qui inclut maintenant des personnes handicapées.

« L’idée est de briser des barrières et faire tomber les tabous. [...] Idéalement, il faudrait qu’on arrête de voir les gens en situation de handicap comme différents, mais plutôt comme des êtres humains. »

— Une citation de  Isabella Federigi

Pour la productrice de l’émission, Amélie Dionne-Martel de Pixcom, une telle émission montrera que les personnes en situation de handicap font partie intégrante de la société. La diversité doit aussi se refléter à la télévision, pense-t-elle.

L’homme se fait maquiller sur le plateau de tournage.

Kevin Ouellet est l’un des participants à l’émission de téléréalité « Et si c'était toi? ».

Photo : Patrick Maltais Verrette

La conseillère d’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, Laurence Parent, détient un doctorat en études critiques du handicap de l’Université Concordia et a fait de la recherche sur le capacitisme (la discrimination fondée sur le handicap) au Québec. Elle trouve difficile de juger l’émission avant de l’avoir vue.

Cependant, elle pense que cette téléréalité pourrait donner une visibilité aux personnes vivant avec un handicap à la télévision et défaire certains préjugés, dont celui que les personnes handicapées ne sont pas désirables.

« En 2022, la première question qu’on peut se poser, c’est pourquoi ça demeure assez rare de voir des personnes handicapées à la télévision et dans les médias. »

— Une citation de  Laurence Parent

Toutefois, elle espère que l’angle et la trame narrative de l’émission ne tomberont pas dans le tragique, ne chercheront pas à inspirer la pitié ou ne véhiculeront pas de clichés comme le fait que les personnes handicapées seraient inspirantes.

Laurence Parent, en fauteuil roulant, devant un des deux ascenseurs du métro Bonaventure.

Laurence Parent détient un doctorat en études critiques du handicap de l’Université Concordia et a fait de la recherche sur le capacitisme.

Photo : Radio-Canada / Marie-Eve Maheu

On trouve les personnes handicapées inspirantes simplement parce qu’elles vont à l’école ou au travail, des activités banales de la vie quotidienne. Ce type de sentiment est dommageable, car cela envoie le message que le handicap est vraiment négatif et lourd, explique-t-elle.

Laurence Parent se demande aussi pourquoi il n’y a pas de personnes handicapées dans les autres émissions de téléréalité et elle espère que l’émission servira d’inspiration. Je n’écoute pas Occupation double, mais récemment j’ai découvert Si on s’aimait et je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas avoir une candidate ou un candidat avec un handicap. En 2022, il serait vraiment temps, soutient-elle.

Une diversité de personnes candidates

Pour cette émission, 10 personnes en situation de handicap, de différentes orientations sexuelles, auront chacune des rendez-vous avec trois personnes handicapées ou non, sélectionnées par la maison de production Pixcom.

La personne se fait maquiller sur un plateau de tournage.

Liana Adam est l’une des 10 personnes candidates à l’émission de téléréalité « Et si c'était toi? ».

Photo : Patrick Maltais Verrette

Il était important d’avoir des gens qui ne sont pas en situation de handicap pour que ce soit juste des êtres humains qui cherchent quelqu’un avec qui partager leur vie. Le but ultime est qu’on arrête de se mettre des barrières et des limites, ajoute Isabella Federigi.

Pour décider des personnes à présenter aux participants et participantes, de longues entrevues ont été menées par l’équipe de production. On a parlé à des gens spécialisés, mais on s’est aussi fié à notre équipe en posant des questions de base. [...] On finit par avoir des intuitions, mais on peut se tromper comme dans la vie, dit la productrice Amélie Dionne-Martel.

Laurence Parent précise que plusieurs personnes en situation de handicap sont en couple avec des personnes non handicapées. Mais la majorité des personnes non handicapées n’ont jamais eu de relations avec des personnes handicapées. Elles n’y ont jamais pensé avant. J’ai l’impression que c’est déstabilisant pour les personnes qui n’ont pas de handicap. Elles se demandent ce qu’on va penser d’elles.

C’est pour cela qu’elle apprécie la diversité proposée par l’émission.

« Il n’existe pas de villages de personnes handicapées. Ça serait très problématique qu’on présente seulement des personnes handicapées à des personnes handicapées. Ça ne fonctionne pas ainsi dans la vie. »

— Une citation de  Laurence Parent

Réalisée par Estelle Bouchard, Et si c’était toi? est tournée cet été. La diffusion est prévue vers la fin février, après la Saint-Valentin. Isabella Federigi songe déjà à une deuxième saison, même si rien n’est encore confirmé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !