•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crise à Québec 21 : Mercier affirme que Gosselin et Dussault ont été manipulés

Un homme en entrevue face à la caméra devant l'hôtel de ville de Charlesbourg.

Éric Ralph Mercier déclare vouloir rebâtir Québec 21 et être entouré de gens compétents pour le faire.

Photo : Radio-Canada

Selon Éric Ralph Mercier, Jean-François Gosselin et Bianca Dussault ne sont que des marionnettes dans cette crise qui agite Québec 21. Celui qui tire les ficelles, pense-t-il, est Richard Côté, l’ancien chef de cabinet qu’il vient de congédier.

Jeudi, les deux conseillers de la deuxième opposition aux côtés de qui siège Éric Ralph Mercier à l’Hôtel de Ville de Québec l’ont désavoué publiquement. On lui retire notre confiance. On ne le veut plus comme chef. Leurs déclarations étaient sans équivoque.

Derrière cette défiance, le mis en cause y voit un règlement de compte. Leur réaction démontre à quel point ils ont été et sont peut-être encore manipulés, considère-t-il.

Par qui? Éric Ralph Mercier n’en fait pas mystère : Par un ex-employé de cabinet, celui-là même qu’il a remercié mardi.

Tout ça relève du congédiement de M. Côté. Ça fait penser à un théâtre de marionnettes. Il y a deux marionnettes et celui qui dirige les ficelles, c’est M. Côté, assène Éric Ralph Mercier.

Je suis encore chef de Québec 21

Celui-ci trace sa route et ne compte pas en dévier. Je ne suis manipulé par personne. J’ai la confiance de la majorité des membres de mon conseil d’administration et de la population en général. Je suis encore chef de Québec 21 et je vais le demeurer.

Quant au licenciement de Richard Côté, Éric Ralph Mercier l’explique : Un chef de cabinet doit avoir du leadership. Richard Côté ne l’avait pas. Je n’avais pas la coopération ni la complicité de mon chef de cabinet.

Désormais, Éric Ralph Mercier ne pourra plus s’exprimer pendant les réunions du conseil municipal de Québec comme chef de la deuxième opposition. Bianca Dussault aura ce privilège.

Une femme en entrevue face à la caméra devant l'hôtel de ville de Québec.

Jeudi, Bianca Dussault déclarait qu'Éric Ralph Mercier devrait céder sa place de chef du parti.

Photo : Radio-Canada

Celle-ci et Jean-François Gosselin ont opéré le changement auprès du greffier municipal, comme le règlement le leur permet. Celui qui se retrouve mis à l’écart n’en prend pas ombrage, minimisant la démarche.

Je souhaite bonne chance à Bianca. Les règlements sont les règlements. Elle a un droit de réplique quant aux propos du maire. Tous les conseillers en ont un, donc moi aussi.

Prêt à renouer le dialogue

Jean-François Gosselin et Bianca Dussault dénonçaient son manque d’engagement et l’accusaient de ne pas travailler en équipe. Éric Ralph Mercier s’en défend. S’il était rarement au cabinet, c’est parce qu’il travaillait depuis l’hôtel de ville de Charlesbourg au plus près de la population.

L’ambiance était indésirable au cabinet, assure-t-il, mais j’étais toujours joignable. J’ai toujours travaillé en équipe avec mon conseil d’administration.

Le divorce est-il consommé entre les trois élus de Québec 21 à la mairie? Éric Ralph Mercier ne va pas jusque-là. Dans son scénario, une réconciliation est encore possible.

Je suis ouvert. Je suis un démocrate et un diplomate. J’ai de l’écoute. La rancune ne mène nulle part.

Un homme en entrevue face à la caméra devant l'hôtel de ville de Québec.

Jean-François Gosselin ne partage plus les mêmes idées qu'Éric Ralph Mercier sur la manière de diriger Québec 21.

Photo : Radio-Canada

Dans la tourmente, Éric Ralph Mercier peut compter sur le soutien de Patrick Paquet, un ancien conseiller de Québec 21 défait aux dernières élections, mais toujours membre du conseil d’administration du parti.

Ce dernier déplore la sortie publique de ses anciens collègues. Si on a des désaccords entre nous, on doit en parler en C. A. et un C. A., ça doit rester confidentiel.

L’avenir d’Éric Ralph Mercier à la tête de Québec 21 se jouera dans les prochaines semaines lors de l’assemblée générale des membres du parti qui décideront s’ils le nomment chef officiel ou s’ils désignent un autre dirigeant.

La date de la rencontre n’a pas encore été fixée, elle aura lieu d’ici la fin de l’année.

D'après les informations d'Olivier Lemieux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !