•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’OMS rebaptise les variants de la variole simienne

Gros plan d'une main qui remplit une seringue de vaccin.

On doit désormais appeler les variants « clade un [I] » ou « clade deux [II] » et non plus dire du bassin du Congo (Afrique centrale) ou de l'Afrique de l'Ouest.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Agence France-Presse

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé vendredi avoir rebaptisé les variants de la variole simienne, en remplaçant par des chiffres romains les noms de régions africaines, jugés stigmatisants.

Ces nouveaux noms de variant permettent de prendre acte de la réalité actuelle de la maladie. Alors que celle-ci s'est longtemps limitée à une dizaine de pays africains, la grande majorité des nouveaux cas ont été détectés cette année ailleurs dans le monde, en particulier aux États-Unis, en Europe et au Brésil.

Dans un communiqué, l'OMS indique par ailleurs mener un large processus consultatif en ligne pour changer le nom de la maladie, également jugé trompeur et discriminatoire, puisque le virus n'est pas lié uniquement aux singes, mais a été mis en évidence chez de nombreux animaux et en particulier chez les rongeurs.

Pour ce qui est des variants, également appelés clades, ils étaient nommés jusqu'à présent d'après des régions ou des pays d'Afrique, avec la souche d'Afrique de l'Ouest et de celle du bassin du Congo (Afrique centrale), la seconde étant bien plus meurtrière que sa cousine.

Au début de juin, une trentaine de scientifiques, dont plusieurs originaires de l'Afrique, ont ainsi rédigé une tribune pour demander à changer ces noms, car ils jugeaient urgent de mettre en place une nomenclature qui ne soit ni discriminatoire ni stigmatisante.

Des éruptions cutanées associées à la variole simienne.

Quiconque pense avoir attrapé le virus de la variole simienne est appelé à contacter un médecin ou à composer le 811.

Photo : (Journal of Veterinary Sciences)

Ils ont été entendus par l'OMS qui a réuni le 8 août des virologues et experts en santé publique afin de parvenir à un consensus sur une nouvelle terminologie.

Deux sous-classes

Un consensus a été atteint pour désigner l'ancien clade du bassin du Congo (Afrique centrale) comme le clade un [I] et l'ancien clade d'Afrique de l'Ouest comme le clade deux [II], a indiqué l'organisation vendredi.

En outre, il a été convenu que le clade II se compose de deux sous-clades. [...] Ainsi, la nouvelle convention de dénomination comprend le clade I, le clade IIa et le clade IIb, ce dernier renvoyant principalement au groupe de variants qui circulent largement dans l'épidémie mondiale de 2022, a ajouté l'OMS.

Les nouveaux noms des clades entrent en vigueur immédiatement.

Le nom de la maladie – variole simienne – est l'héritage des conditions de découverte de la maladie dans les années 1950 : des chercheurs danois l'avaient découverte chez des singes de leur laboratoire.

Dans le monde, plus de 31 665 cas et 12 décès ont été signalés, selon l'OMS qui a déclenché, à la fin de juillet, son plus haut niveau d'alerte afin de renforcer la lutte contre la maladie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !