•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Société médicale du N.-B. en a assez des directives des élus

Le Dr Mark MacMillan dans une salle d'examen.

Le président de la Société médicale du Nouveau-Brunswick, le Dr Mark MacMillan

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Société médicale du Nouveau-Brunswick affirme dans une déclaration que les travailleurs de première ligne n’ont pas besoin que les politiciens leur disent comment faire leur travail. Elle demande qu’ils leur fournissent plutôt les ressources nécessaires pour bien l’effectuer.

Ce qu’il nous manque, au bout du compte, ce sont les outils nécessaires pour faire notre travail et non des conseils ou des directives quant à la façon dont ce travail devrait être effectué, peut-on lire dans une déclaration signée par le président de la Société médicale, le Dr Mark MacMillan.

Cette déclaration est aussi signée par le Dr Christopher Goodyear, président du conseil d’administration. Ces médecins reconnaissent que le système de santé est à bout de souffle et que les employés ont maintes fois demandé de l’aide.

Le président de la Société médicale du Nouveau-Brunswick, le Dr Mark MacMillan.

Le président de la Société médicale du Nouveau-Brunswick, le Dr Mark MacMillan

Photo : Gracieuseté : Société médicale du Nouveau-Brunswick

Nous avons souligné les lacunes du système, d’inquiétants problèmes et des obstacles potentiels à des soins optimaux pour les patients, peut-on lire.

Savoir de quoi on parle

Le Dr MacMillan et le Dr Goodyear remettent donc en question les commentaires de citoyens, y compris ceux des politiciens, qui n'ont aucune expérience en soins de santé. Ils soutiennent que les travailleurs de la santé en ont assez.

« L’intervention politique récente dans les questions de soins aux patients et l’ingérence d’autres parties, auxquelles échappe la perspective clinique, ont suscité de la frustration chez bon nombre d’entre nous, qui y ont vu un manque de respect et qui se sont sentis sous-estimés. »

— Une citation de  Déclaration signé par le Dr MacMillan et par le Dr Goodyear

La Société médicale précise que les cliniciens sont formés pendant de nombreuses années pour prodiguer des soins adéquats et adaptés aux patients. Elle croit que les élus devraient plus souvent garder leur langue dans leur poche, car ils ne comprennent pas pleinement tous les aspects d’une situation clinique.

Intervenir dans les aspects cliniques des soins de santé, voire les commenter, peut alors s’avérer non seulement inutile mais aussi dangereux, peut-on lire.

Ce que le gouvernement devrait faire, selon eux

Dans cette déclaration, le Dr MacMillan et le Dr Goodyear soutiennent que le Nouveau-Brunswick est la province de l'Atlantique qui dépense le moins en santé publique par habitant.

Ils affirment avoir besoin d’investissements ciblés dans l’accès aux soins primaires pour viser une diminution du temps d’attente aux services d’urgence et une réduction des retards dans les chirurgies.

Il n’est pas question que d’argent. Ce dont nous avons besoin, c'est d'une certaine flexibilité pour changer le système de santé de manière à ce que nous puissions soigner ceux qui en font partie maintenant. C'est plus important maintenant, a affirmé en entrevue le Dr MacMillan en réitérant le besoin d’une rencontre avec toutes les parties prenantes du système. La société demande une approche qui mise sur la collaboration et veut que celle-ci voie le jour plus tôt que tard.

La santé est une priorité, selon Higgs

Sur Twitter vendredi, le premier ministre Blaine Higgs a déclaré que la crise des soins de santé est une priorité absolue pour le gouvernement.

Notre population vieillit et augmente. Nous devons donc apporter des améliorations sans tarder. Il s’agit d’un besoin immédiat, peut-on lire.

Blaine Higgs lors d'une conférence de presse le 15 juillet 2022.

Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick

Photo : Radio-Canada / Pascal Raiche-Nogue

Le premier ministre y précise que le budget en santé s’élève à 3,2 milliards de dollars et qu’il s’agit d’une hausse de 168 millions de dollars, la plus élevée depuis 2008.

Il affirme ensuite que ces fonds ont déjà aidé à recruter du personnel en élargissant les possibilités d’accès aux soins de santé communautaire, en augmentant le nombre de places dans les programmes en sciences infirmières et en élargissant les services offerts par les pharmaciens, entre autres.

Ce sont des changements importants, mais il en reste encore beaucoup à faire, dit Blaine Higgs sur son compte Twitter.

Il affirme que les solutions proposées par les travailleurs du monde de la santé pourront rapidement être acheminées aux preneurs de décisions stratégiques, faire l’objet d’un projet pilote, être améliorées et être mises en œuvre à grande échelle dans l’optique des changements récemment apportés au modèle de gouvernance des réseaux de santé.

Dans une déclaration écrite par la suite, le premier ministre ajoute que le système de santé a besoin de changements, notamment en ce qui a trait à la manière de travailler des médecins. Selon lui, ils doivent arrêter de travailler largement en vases clos.

Selon M. Higgs, les listes d’attente centralisées sont une manière d’offrir des soins plus rapidement tout en réitérant que le gouvernement provincial investit en santé.

Des mises à la porte

Vendredi, le gouvernement provincial a mis à la porte quelques autres hauts placés en santé, selon une note de service obtenu par CBC.

Tracey Burkhardt, directrice de la division de la planification, de l'harmonisation et de la participation, Jeff McCarthy, directeur général de l'innovation et de la cybersanté, et Ellen Delange, un conseiller principal en politique, ont quitté le ministère, selon la note.

Une autre personne, Jennifer Elliott, a changé de poste, passant de sous-ministre adjointe de la Santé publique et des Soins communautaires intégrés à directrice de Santé publique, un poste pour lequel il faut davantage d'expérience.

La note de service signée par le sous-ministre adjoint Éric Beaulieu évoque une réorganisation qui doit être présentée aux employés le 22 août.

Le mois dernier, le premier ministre avait mis à la porte plusieurs hauts placés en santé et avait remis le portefeuille de la Santé à Bruce Ficth.

Avec les informations de Marie-Emma Parenteau et de Jacques Poitras, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !