•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une femme de 25 ans, blessée à Rivière-des-Prairies, aurait été victime de scoring

La devanture d'une caisse populaire, alors qu'on voit, à droite, un ouvrier monté sur un escabeau qui pose un panneau de bois.

Un ouvrier s'affairait vendredi à installer des panneaux de bois dans les fenêtres brisées par les balles de la Caisse populaire Canadienne Italienne du boulevard Maurice-Duplessis.

Photo : Radio-Canada / Pascal Robidas

Radio-Canada a appris que la jeune femme atteinte par un projectile d'arme à feu, dans un stationnement de l'arrondissement montréalais de Rivière-des-Prairies, à l’angle du boulevard Maurice-Duplessis et de la 27e Avenue, aurait été victime de pointage (communément appelé scoring), une pratique associée aux gangs de rue.

Heureusement pour elle dans les circonstances, elle a été blessée légèrement. Les policiers ne craignent pas pour sa vie.

Selon nos informations, les tireurs auraient fait l’usage d’une arme de moyen calibre (Glock 22 avec des balles de 9 mm).

Au moins trois sources policières ont affirmé que la jeune femme n’a pas d’antécédents criminels et n’a aucun lien avec le milieu criminel des gangs de rue.

La victime a été prise pour cible dans le stationnement de la Caisse Desjardins Canadienne Italienne du boulevard Maurice-Duplessis, au moment de sortir de sa voiture.

Voilà pourquoi les enquêteurs aux crimes majeurs privilégient actuellement la thèse du pointage comme mobile de cette tentative de meurtre.

Des crimes pour « marquer des points »

Cette pratique associée aux gangs de rue a fait son apparition à Montréal l’an dernier, en marge de la violence armée chez les jeunes. Cela consiste à commettre des crimes afin de récolter des points sur le territoire d’un gang rival. Ce phénomène, connu chez les gangs américains, peut même aller jusqu’au meurtre; la vie n’a aucune valeur.

À la suite de la fusillade, le groupe de suspects a fui les lieux à bord d’une voiture Elantra de couleur grise.

Ils auraient roulé à tombeau ouvert sur le boulevard Henri-Bourassa en grillant tous les feux rouges. Il n’en fallait pas plus pour qu’une voiture du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) les prenne en chasse.

À la hauteur du passage à niveau situé près de l’avenue Broadway, le conducteur a perdu la maîtrise de son véhicule.

Les policiers du SPVM ont alors pu mettre la main au collet de deux suspects.

Robby Valère, 23 ans, et Dardy Lavaud, 18 ans, sont tous deux accusés de possession d'une arme prohibée, de possession d'un chargeur à haute capacité et de possession d'une arme à feu avec un numéro de série modifié. D’autres accusations pourraient être déposées au terme de l’enquête.

Les autorités soupçonnaient qu'un troisième suspect s'était réfugié dans un boisé situé à proximité du lieu du drame. Le SPVM a alors déclenché une importante opération pour retrouver cette personne; les policiers sont finalement rentrés bredouilles, après 12 heures de recherches.

Toujours selon nos informations, les suspects étaient cagoulés et portaient des vestes pare-balles de type militaire.

Une autre innocente victime de la violence armée

Après les trois victimes tuées par le présumé meurtrier Abdulla Shaikh, la mort du travailleur communautaire de Montréal-Nord Jayson Colin, et la jeune femme blessée jeudi soir, des policiers s’inquiètent de voir le nombre de victimes innocentes s’accumuler en si peu de temps.

Au cours des deux dernières années, la violence armée impliquait principalement des individus connus des policiers ou qui entretenaient des relations avec le milieu criminel.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.