•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cambridge Bay se prépare à l’opération militaire Nanook

Un avion CC-177 Globemaster transportant deux hélicoptères CH -146 Griffon et des équipages, lors de l'opération Nanook, à Cambridge Bay, en août 2019, le 14 août 2019.

L'opération Nanook-Nunakput débute lundi à Cambridge Bay et s'échelonnera jusqu'au 29 août. Cette image montre un avion CC-177 Globemaster transportant deux hélicoptères CH -146 Griffon et des équipages, lors de l'opération Nanook, à Cambridge Bay, en août 2019.

Photo : Melissa Gloude, aviateur, Forces canadiennes

Radio-Canada

Militaires, navires de patrouille, Twin Otters et hélicoptères ont mis le cap sur Cambridge Bay, dans l’ouest du Nunavut, où débutera lundi l’opération Nanook, un exercice militaire organisé depuis 15 ans pour renforcer la défense et la souveraineté canadienne dans l’Arctique.

Orchestrée par les Forces armées canadiennes, l’opération Nanook comprend désormais quatre exercices annuels. L’un d’entre eux, l’opération Nanook-Nunakput, aura lieu du 15 au 29 août à Cambridge Bay, une communauté d’environ 1800 habitants située dans la région de Kitikmeot.

La collectivité est située dans l’ouest du passage du Nord-Ouest, un secteur que le Canada revendique comme ses eaux intérieures. Les embarcations de plaisance et les navires de croisière n’étaient pas autorisés à le traverser en 2020 et en 2021 en raison de la pandémie de COVID-19, mais plusieurs yachts et navires de croisière pourront le faire à nouveau d’ici la fin de l’été.

Selon la Municipalité, huit navires s’arrêteront à Cambridge Bay d’ici le 8 septembre.

Un bateau pneumatique à coque rigide transporte une dizaine de passagers provenant d'un navire de croisière ancré au large.

Des passagers du bateau de croisière Crystal Serenity se dirigent vers la côte près de Cambridge Bay, en 2016.

Photo : CBC / Jane George

Le lieutenant-colonel David Meehan, commandant de l’opération Nanook-Nunakput de la Force opérationnelle interarmées (Nord), estime qu'environ 200 membres des Forces armées canadiennes seront déployés.

Parmi eux, une centaine de membres, principalement des réservistes et des Rangers canadiens, formeront une équipe terrestre chargée de garder un œil sur le trafic maritime à la hausse dans la région.

La Force opérationnelle interarmées (Nord) sera basée à la Station canadienne de recherche dans l'Extrême-Arctique (SCREA) et les militaires seront logés dans les résidences situées à proximité de l’établissement ainsi que dans des tentes, si nécessaire.

 La Station canadienne de recherche dans l’Extrême-Arctique (SCREA) a ouvert ses portes à Cambridge Bay en 2019.

La Station canadienne de recherche dans l’Extrême-Arctique (SCREA) a ouvert ses portes à Cambridge Bay en 2019.

Photo : CBC / Jane George

La marine s’est récemment dotée de nouveaux navires extracôtiers, dont le NCSM Harry DeWolf, conçus spécialement pour cette mission et possédant entre autres, une coque renforcée pour naviguer dans les eaux arctiques. Des vaisseaux américains, français, britanniques et danois font également partie de la mission de surveillance de l’Arctique.

Au même moment, une autre mission - l'opération Nanook-Tuugaalik - bat son plein depuis le 2 août et s’échelonne jusqu’au 19 septembre dans l’est du Nunavut. Une visite communautaire et de la recherche scientifique sont notamment prévues à Pond Inlet. La recherche devrait se concentrer sur les mammifères marins et la manière dont ils sont touchés par le trafic maritime.

À la fin du mois de septembre, le NCSM Harry DeWolf remettra le cap vers Halifax après un passage par Nuuk, au Groenland, et le Nunatsiavut, situé dans le nord du Labrador.

Avec les informations de Jane George

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !