•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C’est le moment d’observer les étoiles filantes, rappelle un astronome de la Mauricie

Une personne assise à côté de son télescope sous un ciel d'étoiles.

Le mois d'août est favorable à l'observation des Perséides. (Archives)

Photo : Reuters / Fred Thornhill

Les prochains jours seront particulièrement intéressants pour les passionnés d’astronomie. Le mois d’août est le moment parfait pour observer les Perséides. L’astronome amateur Thomas Collin est impatient d'admirer ces étoiles filantes.

M. Collin est un véritable passionné du ciel. Évidemment, il sera aux premières loges durant la période des Perséides. Surtout autour du 11 au 14 août, on peut voir beaucoup plus d’étoiles filantes qu’en temps normal, a-t-il expliqué en entrevue à l’émission Toujours le matin.

Il n’existe pas de recette miracle pour ne pas manquer une étoile filante. Le secret : être patient et bien balayer le ciel avec ses yeux.

Pour maximiser ses chances, il suggère de se rendre dans des endroits où il y a peu de lumière. Son endroit préféré pour pratiquer son passe-temps est le parc national de la Mauricie. Il faut se tenir loin des villes.

Le passionné d’astronomie recommande de se coucher sur le sol pour pouvoir bien voir les étoiles. Selon lui, passé minuit, la tâche est plus facile. De temps en temps, on va voir une étoile filante, garantit-il.

On peut regarder n’importe où, parce que les étoiles filantes peuvent être n’importe où dans le ciel.

Thomas Collin.

Thomas Collin âgé de 70 ans est un passionné d'astronomie.

Photo : Radio-Canada / André Beauchesne

Une vieille passion

M. Collin s’intéresse aux astres depuis qu’il a quatre ans. Je connaissais déjà mes planètes avant de savoir lire, se souvient-il.

C’est un ami de son père qui l’a initié à ce passe-temps. C’est lui qui m’a donné mon premier télescope.

L’homme est membre du Club d’astronomie Jupiter. Il se désole que peu de jeunes d’aujourd’hui partagent sa passion. Selon lui, la nouvelle génération ne répond pas présente. On a un petit peu un problème de relève au club d’astronomie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !