•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Douze mois de prison pour avoir incendié la maison de ses parents

Un maillet déposé sur son socle.

Mario Corbet, qui était en liberté, prend le chemin de la prison (archives).

Photo : Unsplash / rawpixel

Radio-Canada

Mario Corbet, l’homme à l’origine de l’incendie criminel qui a détruit une résidence de Paspébiac en août 2021, passera la prochaine année en prison.

L’individu a comparu vendredi matin au palais de justice de New Carlisle un an jour pour jour après les événements qui lui sont reprochés et pour lesquels il a reconnu sa culpabilité.

La juge de la Cour du Québec Janick Poirier a entériné la proposition conjointe de 12 mois de prison faite par la Couronne et la défense.

Cette dernière a précisé que le peu d’antécédents judiciaires de l’accusé, le fait qu’il a cessé de consommer de l’alcool depuis les événements et les remords qu’il a démontrés quant aux gestes commis ont notamment été pris en compte dans sa décision.

« C’est une situation pathétique où encore une fois, les problèmes d’alcool contribuent à la déchéance et entraînent des conséquences tragiques. »

— Une citation de  Janick Poirier, juge de la Cour du Québec

C’est dramatique pour ces gens-là qui perdent la maison d‘une vie, a ajouté la juge Poirier en faisant référence aux parents de Mario Corbet, propriétaires de la maison qui s'est avérée une perte totale.

En plus d’un chef d’accusation d’incendie criminel, l’individu faisait l’objet de deux autres chefs d’accusation relatifs à la conduite avec facultés affaiblies en lien avec des événements survenus le lendemain de l'incendie.

Il devra purger 12 mois derrière les barreaux et sera soumis entre autres à une probation de deux ans.

L’homme de 51 ans a également été condamné à payer une amende de 2000 $. Son permis de conduire a été confisqué et il lui sera interdit d’être au volant d’un véhicule pendant un an suivant sa libération.

Il lui est également défendu de visiter ses parents, sauf s’il obtient préalablement leur consentement et qu’il est sobre en leur présence.

Un mégot laissé volontairement sur place

Le ministère public a relaté, vendredi matin, que Mario Corbet habitait avec ses parents au moment des faits. Vers 21 h 15 le 12 août, une dispute éclate avec ces derniers relativement à sa consommation d’alcool. M. Corbet est alors en état d’ébriété, ce qui pousse son père et sa mère, effrayés, à se réfugier chez un proche.

Le couple apprend 30 minutes plus tard que sa maison est en feu. Après avoir quitté les lieux, M. Corbet confie par téléphone à son ex-conjointe qu’il est à l’origine de l’incendie.

Le Gaspésien a plus tard été intercepté par les autorités à Cloridorme et présentait un taux deux fois supérieur à la limite permise au volant d’une voiture.

L’individu a par la suite confessé aux enquêteurs avoir volontairement jeté un mégot de cigarette dans la résidence de ses parents, ce qui a causé son embrasement.

Avec les informations d'Isabelle Larose

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !