•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un premier contingent de soldats canadiens va entraîner des recrues ukrainiennes

Des soldats s'apprêtent à monter dans un avion.

Les militaires déployés vendredi matin sont principalement issus du 3e bataillon du régiment d’infanterie légère Princesse Patricia (PPCLI), d’Edmonton.

Photo : Radio-Canada / Emilio Avalos

Un premier contingent composé d'environ 90 soldats canadiens s’est envolé vers le Royaume-Uni, vendredi matin, pour entraîner des Ukrainiens aux rudiments du combat.

Ce départ des soldats du 3e bataillon du régiment d’infanterie légère Princesse Patricia (PPCLI), vendredi matin, marque la reprise de l’opération Unifier. La mission mise en place de concert avec le Royaume-Uni en 2015 a été suspendue quelques semaines avant l’invasion russe en Ukraine.

Rencontré sur le tarmac, le membre des Forces armées canadiennes Marc-André Sauvé était très heureux de prendre part à cette opération.

C’est vraiment excitant pour nous tous de partir ce matin pour le Royaume-Uni pour aller soutenir les troupes ukrainiennes [et] pour l’entraînement qui va se produire là-bas.

Le colonel Philippe Bourque est du même avis. Ça faisait quelques mois que les troupes étaient prêtes à partir.

Les nouvelles recrues ukrainiennes apprendront les rudiments du combat de première ligne vers les soldats principalement issus du PPCLI, comme l'explique le commandant de la première brigade mécanisée du Canada, Philippe Bourque.

Des fantassins légers sont accompagnés aussi de quelques ingénieurs, de sapeurs de combat, de membres d'escadrons de reconnaissance et de médecins, indique ce dernier.

Ces personnes transmettront leurs connaissances aux participants ukrainiens pendant leur entraînement en Angleterre.

Comme on dit dans le métier, c'est tirer, bouger et communiquer. Ça passe par le maniement des armes. Comment se déplacer tactiquement sur le terrain? Comment bien communiquer entre confrères d'armes? Comment utiliser les premiers soins? [Quelles sont] les lois sur les conflits armés? Comment s'arranger avec les mines et les engins explosifs, énumère Philippe Bourque.

Ce sont des aptitudes acquises et maîtrisées chez les soldats canadiens, mais pas par les Ukrainiens qui viennent tout juste de s'enrôler.

Je ne dirais pas qu’ils arrivent de la rue, mais proches. Là, ils viennent d’être recrutés, ils sont motivés à défendre leur pays.

Évidemment [...] ça amène beaucoup de sérieux dans le travail que nos troupes vont faire.

L’opération Unifier a permis la formation de plus de 33 000 personnes, selon Philippe Bourque Environ 10 000 autres en profiteront au terme de ce déploiement d’au moins quatre mois.

Un autre contingent de militaires quittera également le pays lundi. L’armée s’attend à envoyer 225 de ses membres dans le cadre de l’opération.

On va avoir une autre contribution concrète avec les soldats ukrainiens, conclut le commandant Philippe Bourque.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !