•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La petite histoire d’un club de golf centenaire à Timmins

Une femme avec des bâtons de golf.

Karen Bachman, conservatrice et directrice du musée de Timmins, a déniché les premiers bâtons utilisé au club de golf Hollinger.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Dans le cadre des festivités du 100e anniversaire du club de golf Hollinger à Timmins, Radio-Canada revient sur l’histoire fascinante du parcours qui a débuté par un cadeau afin de divertir les employés de la mine.

Quand on a des opportunités comme [des loisirs et des sports] , on amène des travailleurs à la communauté , dit la conservatrice du musée de Timmins, Karen Bachmann.

Construction d'un parc, d’un aréna, d’un hôpital d’un terrain de baseball... la mine Hollinger met en tout en place en 1922 pour que les employés se sentent bien à Timmins.

Un article dans le journal local.

Deux semaines après l'ouverture du terrain de golf, on pouvait lire dans le journal local qu'il faisait bon vivre à Timmins.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Les employés se plaisent comme on peut le lire dans le Porcupine Advance en 1922. Ce n’est pourtant qu’un écran de fumée aux dires de Karen Bachmann. 

« Quand les hommes sont occupés dans le sport, ça ne s’organise pas dans les syndicats.  »

— Une citation de  Karen Bachmann, directrice et conservatrice du Musée de Timmins

En 1920, la mine Hollinger décide de commencer le développement d’un terrain pour le golf et développe trois trous , précise Karen Bachmann sur cette tentative qui porte fruit.

Un parcours de golf.

Le premier parcours de golf de Timmins était construit au-dessus des tunnels miniers de la mine Hollliger.

Photo : Avec la permission du musée de Timmins

En mars 1922, les plans sont mis en place pour développer un clubhouse. En juillet, on ouvre le clubhouse, ajoute-t-elle.

Des femmes pionnières sur le terrain

Dès l’ouverture du terrain, un argument clé est avancé pour attirer la clientèle féminine. La membriété est trois fois moins chère que pour celle des hommes.

Il en coûtait 15 $ pour les hommes et les femmes 5 $ pour l’année, d’après les recherches de Karen Bachmann. En 1922, on compte 80 hommes et 25 femmes parmi les membres.

Le club de golf de TImmins.

Dès 1922, les femmes pouvaient jouer au golf.

Photo : Avec la permission du musée de Timmins

Pourtant les femmes ne sont pas les bienvenues sur tous les terrain : une blague circule chez les pratiquants masculins selon laquelle le mot golf est l’acronyme de Gentlemen only, Ladies forbidden, soit pour les hommes seulement, les femmes sont interdites.

Un homme remet un certificat à un autre homme.

George Pirie, ministre des Mines et député provincial de Timmins, remet un certificat pour souligner le centenaire du club de Golf au propriétaire Anthony Kos.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Les femmes avaient un peu plus d’opportunités ici, ce n’était pas aussi restrictif que dans le Sud [de l'Ontario] ; on avait des femmes qui étaient devenues prospectrices en 1911.

Selon Karen Bachmann, Timmins était une société plus novatrice et radicale que les autres. 

Le clubhouse comptait aussi un espace pour les femmes avec leur salon et leur petite salle avec casier. 

Effondrement au club Hollinger

Le terrain de golf était construit sur une mine souterraine, un immense réseau de 960 kilomètres de tunnels permettant d’atteindre le gisement minier.

Quand que les mines ont fermé, il y avait des sections qui n'était pas rempli qui ont formé des cavernes sous terres. Avec le temps, ça crée des [gouffres] où la surface tombe dans les trous, raconte Karen Bachmann.

Il y a des gens qui ont perdu leur voiturette de golf dans les nids-de-poules , se remémore Karen Bachmann.

Owen Rigg était l'un des premiers à constater les dégâts de l'effondrement de 1997 .

Quand j'étais plus petit, je passais beaucoup de temps au vieux terrain de golf, où il y a maintenant la mine à ciel ouvert [de Newmount]. J'étais là du matin au soir à frapper des balles dans le champ de pratique, dit le trentenaire qui avait 11 ans lors de l'évènement.

Un homme se souvient.

Owen Rigg se souvient comme si c'était hier de l'effondrement de 1997.

Photo : Jimmy Chabot

Ma mère devait appeler le proshop pour me dire d'aller me coucher à la maison, blague le directeur de l'Association nord-ontarien de golf.

Le lendemain matin, je me souviens d'y être allé pour aller pratiquer encore. On m'a dit que je ne pouvais pas utiliser le champ de pratique et j'ai dit : ''pourquoi?''. [Le professionnel] m'a conduit dans sa voiturette avec son chien et m'a montré un trou de 200 par 100 pieds à l'endroit précis où je frappais des balles la veille.

Le club de golf emporté par un glissement de terrain.

En 1997, le sol s'est affaissé emportant le stationnement du club de Golf.

Photo : Avec la permission du Club de golf Hollinger

Un souvenir le hante encore d'avoir été à deux doigts d'être parachuté dans le trou. Heureusement que l'évènement est survenu entre une et deux heures le matin ,conclut-il.

Aujourd'hui, le club de golf a été déménagé à moins d'un kilomètre de là et compte maintenant 18 trous.

Le chevalement de mine Hollinger a été racheté par le propriétaire du club de golf, Anthony Kos, afin de boucler la boucle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !