•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une ex-joueuse des Whitecaps fustige un rapport sur la gestion d’allégations d’inconduite

Un ballon est photographié en gros plan sur un terrain de soccer de Vancouver.

Un rapport sur la gestion d'inconduites sexuelles au sein des Whitecaps affirme que les enquêtes qui ont suivi étaient superficielles et ne sont pas allées assez loin.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Lamic

Radio-Canada

Une dénonciatrice et ancienne joueuse des Whitecaps est d’avis qu’un rapport d’enquête sur la façon dont l'organisation a géré les allégations d’inconduite envers deux entraîneurs n’est pas allé assez loin et n’est pas suffisamment indépendant.

Le rapport d’enquête, préparé par la firme Rubin Thomlinson LLP et rendu public jeudi, conclut que le club de soccer a agi rapidement en embauchant un enquêteur corporatif d’expérience et que la réaction de l'organisation a été sérieuse et appropriée.

Le rapport de 18 pages semble n’être qu’un article de promotion qui a coûté cher, affirme Ciara Cormack, une joueuse qui a, par le passé, fait des allégations d'abus sexuels.

Ciara McCormack explique qu’elle, ainsi qu'un groupe d’anciennes joueuses, n’a pas participé à la plus récente enquête parce qu’elle pensait que celle-ci n’allait pas être véritablement indépendante.

Mi-figue mi-raisin

Le rapport souligne que, si l’organisation des Whitecaps a agi rapidement, les enquêtes elles-mêmes n'ont pas été bien menées.

Selon le rapport, les enquêtes étaient superficielles et ne sont pas allées assez loin.

Les conclusions de l’enquêteur qui s'est penché sur les allégations d’inconduites contre les entraîneurs Bob Birarda et Henry Busby Jr. étaient trop indulgentes envers les entraîneurs malgré des preuves d’inconduites envers les joueuses, précise le rapport.

Le rapport conclut notamment que la recommandation issue de la première enquête exigeant que Bob Birarda reçoive du mentorat et signe une lettre d’engagement était trop faible par rapport à l'importance des allégations.

L'homme en complet marche devant des caméras.

Bob Birarda

Photo : The Canadian Press / DARRYL DYCK

En février, Bob Birarda a plaidé coupable à trois accusations sexuelles et à une accusation d’exploitation sexuelle pour des incidents survenus entre 1988 et 2008. Son audience de détermination de la peine aura lieu le 2 septembre.

Réponse des Whitecaps

Le directeur général des Whitecaps, Axel Schuster, a remercié les femmes qui ont fait des déclarations. Le club souhaite travailler avec elles pour s’assurer que le respect et la dignité sont toujours le leitmotiv de l’organisation , a-t-il ajouté.

« À toutes les femmes qui ont été impliquées, à notre personnel, nos joueuses et la communauté, nous disons que nous sommes désolés. »

— Une citation de  Axel Schuster, directeur général des Whitecaps

Même si le plus récent rapport conclut que notre organisation a pris les allégations au sérieux et a suivi les conseils d’un enquêteur externe, nous aurions pu faire mieux, surtout dans nos communications et notre appui aux joueuses, a admis Axel Schuster.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !