•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un rare épaulard blanc aperçu au large de l’île de Vancouver

Un rare épaulard blanc au large de l'île de Vancouver.

Mike Dobbs se trouvait à Beaver Cove, dans le nord de l’île, lorsque deux épaulards ont émergé des eaux peu profondes.

Photo : Fournie par Mike Dobbs

Radio-Canada

Un rare épaulard blanc a été aperçu nageant au large de l’île de Vancouver. C’est la première fois que le mammifère marin, surnommé « Frostbite », a été aperçu au nord de la Californie.

Mike Dobbs se trouvait à Beaver Cove, dans le nord de l’île, lorsque deux épaulards ont émergé des eaux peu profondes. L'homme a été surpris de constater que l’un d’eux était blanc comme neige.

Des gens ont reconnu une marque entourant les yeux, qui est la même que celle des orques.

Le résident de Campbell River a été inquiet de voir la mère et son petit si près de la rive. Le ventre des cétacés touchait le fond des eaux, qui fait environ 1 mètre, raconte-t-il.

Les témoins ont donc contacté Pêches et Océans, l’Aquarium de Vancouver et d’autres experts en faune marine pour trouver un moyen d’aider les animaux. Or, au bout d’une trentaine de minutes, les épaulards ont regagné l'océan.

Deux épaulards nagent dans des eaux peu profondes en août 2022, au large de Vancouver.

Des épaulards ont été vus au large de Vancouver, dont un rare épaulard blanc.

Photo : Mike Dobbs

Un long parcours

Des scientifiques disent que l’épaulard blanc est OCT050C1, aussi appelé Frostbite.

L'animal âgé de 3 ans et sa mère ont été vus pour la dernière fois le 24 juin près de la côte de San Francisco.

La visite des deux épaulards en mer canadienne démontre toute l'étendue de leur territoire, explique Erin Gless, de la Pacific Whale Watch Association, puisqu'il y a plus de 2500 kilomètres entre les deux régions.

La mère et le petit, qui font partie du groupe d'épaulard de Biggs, se dirigent probablement vers le nord afin d'y chasser les phoques et les lions de mer, selon des biologistes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !