•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tentative de meurtre avec un marteau : William Côté-Boivin reste derrière les barreaux

Un homme à côté d'une voiture sport

William Côté-Boivin est accusé d'avoir agressé son père.

Photo :  Capture d’écran - Instagram

L’homme de 28 ans accusé de tentative de meurtre sur son père avec un marteau, William Côté-Boivin, restera derrière les barreaux, alors que de nouvelles accusations pourraient s'ajouter aux huit chefs qui pèsent déjà contre lui.

William Côté-Boivin, qui a des antécédents en matière de violence, a provoqué une chasse à l'homme de presque huit heures la semaine dernière après avoir attaqué son père. Il l'aurait blessé gravement, voire défiguré, selon ce qu’indique un des chefs d’accusation. La victime est maintenant hors de danger et a pu sortir de l'hôpital.

Des témoins seront appelés à la barre le 23 août prochain pour l'enquête sur remise en liberté de Côté-Boivin.

Il fait notamment face à des chefs d'accusation tels que tentative de meurtre, menace de mort, conduite dangereuse et méfait public.

Pour l'instant, notre intention c'est toujours de tenir l'enquête caution considérant les risques que représentent Monsieur et la nature des infractions en tant que telle, a expliqué Me William Lacombe, l’avocat de la Couronne.

Un avocat en toge dans un couloir du palais de justice de Chicoutimi.

Me William Lacombe, procureur du Directeur des poursuites criminelles et pénales

Photo : Radio-Canada / Priscilla Plamondon Lalancette

La liste d’accusations pourrait encore s'allonger d'ici la prochaine comparution avec la divulgation de nouvelles preuves, en lien avec des stupéfiants.

On est en train de regarder ça, de vérifier les possibilités et c'est pour ça qu'on s'est donné un certain délai. Et on nous a parlé également qu'il y avait certaines accusations qui pourraient s'ajouter. [...] Ce serait en matière de stupéfiants, a révélé Me Luc Tourangeau, l’avocat de la défense.

L'homme de 28 ans a comparu par visioconférence en direct de la prison de Roberval. Le détenu semblait calme et a paru soulagé lorsque le juge a accepté de lever l'interdiction de communiquer avec ses parents, incluant la victime qui est son père.

C'est la mère qui a demandé la permission de pouvoir entrer en contact avec son garçon et puis le ministère public ne s'y est pas opposé compte tenu de la situation. Monsieur est détenu actuellement, donc il n'y a pas de contacts physiques, a précisé Me Tourangeau.

L’autorisation de communiquer avec la victime est plutôt rare lorsqu'il y a des accusations aussi graves.

Si Monsieur veut communiquer avec ses parents, il va devoir appeler de Roberval et comme on expliquait en cour, il y a des frais qui vont devoir être acceptés. Donc, ils vont savoir que c'est lui. S'ils veulent lui parler, ils vont lui parler, s'ils ne veulent pas, ils ne lui parleront pas, a ajouté Me Lacombe.

Il est toutefois interdit à William Côté-Boivin de communiquer avec ses voisins qui ont craint pour leur sécurité au moment des événements.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !