•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Ontario réduit de 85 % le financement d’un programme de thérapie en ligne

Une homme visiblement triste est assis par terre. Il tient son visage dans ses mains. Il est habillé avec un chandail à capuche et un pantalon en jean.

Mindbeacon s’attend à une baisse de 85 % du nombre de personnes qui bénéficieront de ses services gratuitement (archives).

Photo : Getty Images / coldsnowstorm

Radio-Canada

Les compressions budgétaires de 85 % imposées à un programme d'aide en santé mentale lancé au cours de la pandémie inquiètent des médecins et des groupes qui défendent l’accès aux services d’aide psychologique.

Le ministère de la Santé a créé le programme lors de la première vague de COVID-19 au printemps 2020. Celui-ci permettait de financer deux plateformes qui offrent des services en ligne de thérapie cognitive du comportement.

L’une de ces plateformes, Mindbeacon, a reçu 24 millions de dollars sur deux ans pour lui permettre d’offrir gratuitement son programme de 12 semaines aux Ontariens âgés de 16 ans et plus. Les inscriptions gratuites se terminent vendredi, selon des documents publics.

Mindbeacon verra son financement réduit à 3,75 millions de dollars sur deux ans lorsque le programme de soutien financier du gouvernement provincial sera remplacé à l’automne. Le service d’aide en santé mentale deviendra ainsi accessible gratuitement uniquement aux patients qui auront reçu une référence médicale, sans quoi ceux-ci devront débourser 525 $ pour la thérapie.

Mindbeacon s’attend à une baisse de 85 % du nombre de personnes qui bénéficieront de ses services gratuitement. Dans les deux dernières années, 60 000 Ontariens ont reçu de l’aide en santé mentale sans frais grâce au programme.

La médecin de famille Jenny Clement est déçue de ce changement, elle qui dit diriger plusieurs patients par semaine vers les services de Mindbeacon. C’était un énorme poids en moins de recommander un traitement dont le coût n’est pas prohibitif, explique-t-elle.

Des barrières additionnelles pour les patients

Plus de la moitié des personnes qui ont utilisé les services de Mindbeacon depuis le début de la pandémie recevaient de l’aide en santé mentale pour la première fois, selon Karen Adams, la présidente de CloudMD qui a acheté MindBeacon plus tôt cette année.

Pour elle, l’accès immédiat aux soins est un élément essentiel au succès du programme. Elle explique qu’un thérapeute est attribué aux nouveaux utilisateurs de la plateforme en seulement quelques jours.

Cette rapidité d’accès aux traitements est importante puisque si [les patients] attendent des mois, leur situation se détériore parce qu’ils n’obtiennent pas l’aide nécessaire, soutient Mme Adams.

La réduction du financement obligera les patients à obtenir une référence d’un organisme de santé comme l’Association canadienne pour la santé mentale, ce qui implique des délais plus longs et nécessite des ressources de la part des travailleurs de la santé qui sont déjà débordés, selon la présidente de CloudMD.

Elle explique également que plusieurs préfèrent utiliser les services de Mindbeacon de façon anonyme, ce qui n’est pas possible si une référence est nécessaire pour avoir accès à la thérapie sans frais.

La plupart des assurances couvrent les frais de 525 $ pour l’aide en santé mentale offert par Mindbeacon, mais Karen Adams soutient que plus de la moitié des utilisateurs n’ont pas une telle couverture.

Selon la province, le programme gouvernemental avait un horizon à court terme. Celui-ci avait pour objectif de permettre aux Ontariens de développer des stratégies pour répondre aux symptômes d’anxiété et de dépression faibles à modéré.

Au moment de la publication, le ministère de la Santé de l’Ontario n’avait pas commenté la réduction du financement de ce programme.

Avec les informations d’Angelina King de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !