•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le zoo de Winnipeg engagé dans la préservation des papillons des Prairies

Un papillon sur une fleur jaune.

Cet été, 191 papillons hespérie de Poweshiek ont été relâchés dans la nature, alors qu'en 2018 il n'y avait que 100 de ces papillons au Canada.

Photo : Gracieuseté du zoo du Parc Assiniboine

Radio-Canada

Le nombre de spécimens de papillons en voie de disparition augmente progressivement dans les Prairies grâce au travail d’une équipe du zoo du parc Assiniboine de Winnipeg. Il reste tout de même beaucoup à faire pour protéger leurs habitats et leur permettre de se multiplier.

Sur une période de trois semaines le mois dernier, le personnel d'Assiniboine Park Conservancy a relâché 191  papillons appartenant à la famille de l’hespérie de Poweshiek, un petit papillon diurne de 24 à 30 mm d'envergure.

Les spécimens de cette espèce en danger critique d'extinction se sont envolés sur des propriétés de Conservation de la nature Canada, dans la municipalité rurale de Stuartburn, au sud-est de Winnipeg.

Ces papillons sont élevés au zoo jusqu'à ce qu'ils soient assez grands pour survivre par eux-mêmes.

Cette année, nous avons relâché plus de papillons qu’il n'en existait au total au Canada il y a quelques années, ce qui est assez phénoménal, explique la spécialiste de la recherche et de la conservation au Assiniboine Park Conservancy, Ashleigh Westphal.

Le personnel a également libéré 16 papillons hespérie du Dakota, une espèce en voie de disparition, sur un site de la région d’Entre-les-Lacs, une première depuis le lancement du programme de conservation des papillons en 2018.

Cela peut sembler peu, mais toute nouvelle introduction est importante, car cela crée plus de diversité génétique. Placer les individus dans la nature leur donne plus de chances de se rencontrer, dit Mme Westphal.

Ça peut faire une énorme différence dans une zone où il n'y a peut-être que quelques dizaines d'individus au départ. Ici, cela peut potentiellement doubler le nombre d’individus.

Un papillon sur une fleur.

Pour la première fois, le programme de conservation des papillons comprenait la libération de 16 hespéries du Dakota, une espèce menacée.

Photo : Gracieuseté du zoo du Parc Assiniboine

Selon Melissa Grantham, biologiste de la conservation à Conservation de la nature Canada au Manitoba, les deux espèces de papillons dépendent d'écosystèmes typiques des Prairies pour survivre.

Une grande partie de leur habitat a été perdue, ce qui a entraîné le déclin spectaculaire de nombreuses espèces qui habitent la région. Les papillons sont sensibles aux changements dans leur environnement et ce qui fait d’eux un indicateur de la santé globale d'un écosystème.

Parmi les autres facteurs contribuant au déclin des populations, on compte l'utilisation accrue de pesticides, les effets du changement climatique et les phénomènes météorologiques extrêmes.

Préservation des prairies à herbes hautes

Conservation de la nature Canada s'efforce de reproduire les perturbations naturelles qui pouvaient agiter les prairies à herbes hautes avant l'urbanisation.

Deux membres du zoo avec une glacière dans un champ d'herbes hautes.

Le personnel de l'Assiniboine Park Conservancy a relâché les papillons dans un champ à herbes hautes de la région d'Entre-les-Lacs.

Photo : Gracieuseté du zoo du Parc Assiniboine

Dans ses réserves de prairies à herbes hautes de la municipalité rurale de Stuartburn, l’organisme prescrit le pâturage du bétail pour imiter le pâturage historique des bisons, selon Mme Grantham.

Il recommande aussi des feux de friches contrôlés pour éviter que les zones soient envahies d’arbustes et des forêts, ce qui peut entraîner la perte de biodiversité et par conséquent de papillons.

Bien que les papillons soient une espèce de petite taille, ils jouent un grand rôle pour l’écosystème selon la biologiste. Toutes les espèces interagissent avec d'autres espèces, que ce soit d'insecte à insecte, d'insecte à plante ou de plante à homme. Toutes les espèces ont un rôle à jouer dans un lieu donné.

Avec les informations de Rachel Bergen

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !