•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des résidents de North Vancouver inquiets d’un potentiel agrandissement de cales sèches

Deux grues au-dessus de chantiers navals.

Le groupe Seaspan veut agrandir des cales sèches au chantier Vancouver Drydock, à North Vancouver.

Photo : Radio-Canada / Catherine Dib

Radio-Canada

Le conseil municipal de North Vancouver et le groupe Seaspan s’affrontent sur l'expansion de cales sèches, qui se ferait dans le but de répondre à la forte demande pour la gestion des navires. Des résidents s'opposent également au projet.

Seaspan a fait une demande de permis en juin 2021 pour ajouter au chantier Vancouver Drydock deux petites cales sèches, un ponton de travail et pour étendre son lot de 40 mètres vers l'ouest. Le groupe affirme que cela créerait 100 nouveaux emplois.

Or, des résidents craignent que cette expansion vers l'ouest nuise à la qualité de vie du secteur commercial voisin, The Shipyards, une destination connue pour ses restaurants, ses cafés et ses boutiques.

Ceux-ci redoutent les possibles effets des nettoyages à haute pression sur les navires et se soucient de la pollution sonore et visuelle. Ils regrettent également un manque de communication de la part du groupe de transport maritime.

C’est une zone résidentielle de loisirs, et nous n'accepterons tout simplement pas qu'ils y emménagent, considère Albert Parsons, qui vit dans la zone depuis 38 ans.

Albert Parsons devant une place avec des passants et des commerces.

Albert Parsons vit dans la zone des chantiers navals de Seaspan depuis 38 ans.

Photo : Radio-Canada / Catherine Dib

Le résident explique que les gens viennent dans ce quartier pour des loisirs, pas pour voir le travail sur les navires. Il fait remarquer que les cales sèches seront près d’un parc pour enfants.

« Il n'y a donc pas que le bruit, il s'agit de danger environnemental, il s'agit [du risque] de respirer les déchets toxiques des navires. »

— Une citation de  Albert Parsons, opposant au projet

Un autre résident, Dave, se dit quant à lui favorable à cette expansion. Il va y avoir un peu plus de bruit [mais] j'ai emménagé ici en m’attendant à du bruit.

Le fédéral aura le dernier mot

Ce dossier relève de la compétence fédérale, mais la Ville de North Vancouver a écrit une lettre pour faire part de ses inquiétudes à l'entreprise, qui demeure sans réponse.

Parmi les solutions proposées par la Ville, il est suggéré d’opter pour un développement du côté est, mais Seaspan précise que cela ne répondrait pas à ses besoins opérationnels.

La demande de permis de Seaspan a été faite auprès de l'Autorité portuaire de Vancouver-Fraser, qui a demandé à Seaspan de mener davantage de consultations publiques d'ici le 14 septembre.

Selon le rapport de synthèse sur l'engagement public de l'entreprise daté de novembre 2021, 72 personnes étaient favorable au projet, 28 étaient neutres et 185 s'y opposaient.

La mairesse de North Vancouver, Linda Buchanan, considère que le projet aura de graves répercussions sur la santé des gens, posera d'importants problèmes de sécurité publique et entraînera des pertes économiques pour les entreprises de la région.

« Je suis profondément déçue que ce processus n'ait pas été collaboratif ou constructif, mais je garde espoir qu'une solution qui fonctionne pour tout le monde puisse être trouvée. »

— Une citation de  Linda Buchanan, mairesse, North Vancouver

Selon Seaspan, les nouvelles cales sèches sont conçues pour de petits navires et il y aura moins de lavage à pression sur les nouveaux quais, ce qui n'entraînera qu'une légère augmentation des niveaux de bruit.

L'entreprise explique également dans son guide d'information que l'agrandissement comprend un éclairage qui minimise l'éblouissement dans le milieu marin et vers le rivage.

Nous reconnaissons que tout le monde ne soutient pas notre projet proposé, mais nous restons déterminés à répondre aux préoccupations de la communauté, dans la mesure du possible, a déclaré Seaspan.

D’après les informations de Baneet Braich et Catherine Dib

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !