•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba investit plusieurs millions de dollars pour lutter contre l’itinérance

Gros plan sur la main tendue d'un homme en situation d'itinérance.

Selon la ministre manitobaine de la Famille, Rochelle Squires, la province devrait faire d'autres annonces prochainement dans le cadre d'une stratégie gouvernementale pour mettre fin au sans-abrisme.

Photo : Getty Images / RapidEye

Le gouvernement manitobain investit 5,4 millions de dollars dans plusieurs projets pour combattre l'itinérance. Auparavant, 850 000 $ avaient déjà été annoncés concernant cette stratégie.

L’organisme West Central Women’s Resource Center bénéficiera d’un peu plus de 855 000 $ pour continuer la reconversion d’un bâtiment situé dans le quartier West End de Winnipeg. Le 590, rue Victor deviendra une maison de transition pour les femmes victimes de violence.

Le bâtiment abandonné depuis plusieurs années fera place à un mélange de logements constitués de blocs de une, deux et trois chambres pour femme seule et pour les familles, pour un total de 16 unités.

Ces logements seront tous occupés immédiatement. Ce n'est pas suffisant, mais c'est un début. Nous espérons que ce modèle pourra être reproduit dans toute la ville et la province, dit la directrice générale de l’organisme, Lorie English.

Laurie English explique que la province doit s’assurer d’offrir suffisamment de logements abordables pour alléger les refuges qui sont débordés par le nombre de personnes qui en ont besoin.

La maison de transition offrira un logement abordable aux femmes hébergées, en proposant des loyers plafonnés à 30 % de leur salaire où elles pourront rester pour une durée de deux à trois ans.

Laura English joute qu’un logement fixe est le meilleur moyen de permettre aux personnes qui ont vécu dans la rue de guérir de leurs traumatismes.

Néanmoins, elle estime que les maisons de transition sont primordiales, notamment pour les femmes. Un avis que partage Marion Willis, fondatrice et directrice générale de Saint-Boniface Street Link, un programme de réinsertion pour les hommes sans-abri.

Les femmes ont des besoins très différents. Il leur faut un espace sûr où elles peuvent organiser des visites avec leurs enfants par exemple.

D'autres initiatives bénéficiaires du financement

Dans le cadre de ce financement provincial, l’organisme N'Dinawemak reçoit 1,8 million de dollars supplémentaires pour lui permettre de maintenir son espace de réchauffement ouvert 24 heures sur 24. Celui-ci peut accueillir jusqu'à 150 personnes.

Un projet de village pour les anciens combattants, Homes for Heroes, se voit octroyer 500 000 $ pour financer la construction de 20 minimaisons et la création de services d’accompagnement qui seront offerts sur place.

Par ailleurs, la province engage 1 million de dollars pour relancer un programme qui soutient l'élaboration de nouveaux projets de logements sociaux et abordables.

L’organisme End Homelessness Winnipeg recevra quant à lui un financement de 1,25 million de dollars sur 5 ans pour continuer à coordonner les initiatives de lutte contre l’itinérance à l’échelle de la ville.

Notre gouvernement comprend que la lutte contre l'itinérance exige une approche coordonnée à multiples facettes qui comprend des solutions communautaires, déclare la ministre provinciale de la Famille, Rochelle Squires.

Une stratégie globale et ambitieuse

Cette aide vient compléter un financement fédéral annoncé en janvier de 12,7 millions de dollars pour la construction de 59 nouveaux logements abordables dans la capitale manitobaine.

Rochelle Squires affirme qu'il y aura d'autres annonces dans un avenir proche dans le cadre d'une stratégie gouvernementale pour mettre fin au sans-abrisme.

En revanche, la ministre n’a pas voulu dire si la stratégie comprendra un centre de consommation supervisée pour les personnes dépendantes, ce que la Ville de Winnipeg avait demandé.

La province poursuit aussi une consultation de la communauté, qui avait commencé en janvier dernier.

Avec les informations d’Anne-Louise Michel et Anne-Charlotte Carignan.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !