•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des moules zébrées retrouvées dans l’usine de filtration d’eau potable de Magog 

Un employé tient un pot de moules zébrées.

Des équipes de la Ville de Magog effectuent de la sensibilisation sur la moule zébrée.

Photo : Radio-Canada / Arianne Béland

Radio-Canada

Après Sherbrooke, voilà que la moule zébrée a fait son chemin jusqu'à l'usine de filtration d'eau potable de Magog.

Les deux villes s’approvisionnent en eau dans le lac Memphrémagog, où les moules se multiplient depuis quelques années. Rappelons qu'il y a environ un mois, Sherbrooke avait elle aussi annoncé avoir trouvé des moules dans son usine.

Des petites moules zébrées dans une conduite d'eau.

Des moules zébrées ont été retrouvées dans les conduites d'eau de la ville de Sherbrooke au début du mois de juillet (archives)

Photo : Ville de Sherbrooke

On en a trouvé à la prise d'eau, et on en a aussi trouvé dans le réservoir de l'usine. Par contre, ça ne sort pas de l'usine, ça ne va pas dans les réseaux de la ville , explique la coordonnatrice de la Division de l’environnement de la Ville de Magog, Josiane Pouliot. 

La situation n’a donc aucun impact sur la qualité de l’eau. La Ville souhaite toutefois protéger ses infrastructures. C’est plus les coûts reliés à toutes les démarches qu’il faudrait faire ou les actions qu’il faudrait entreprendre. Présentement, c’est ça qui est préoccupant au niveau de la moule, souligne Mme Pouliot. 

La Ville ignore encore à combien s’élèvera la facture pour lutter contre l’espèce envahissante dans son usine. Elle dit avoir l'intention de surveiller la situation de près.

On a toujours fait des inspections, mais là, on les fait plus fréquemment et un peu plus en profondeur, jusqu'à l'usine d'eau potable. [...] Comme la ville de Sherbrooke, on va réaliser des autopsies de nos filtres à l'usine d'eau potable cet automne. On va donc avoir des résultats pour savoir jusqu'où la moule va, précise Josiane Pouliot. 

La collaboration du public nécessaire

L'éducation reste la première arme contre la prolifération de la moule zébrée. Le lavage des embarcations est déjà obligatoire avant d'entrer dans le lac Memphrémagog. Cette mesure n'est cependant pas respectée par tout le monde, constate Maxime Tardif Rancourt, le directeur général du Club de voile Memphrémagog.

Il y a beaucoup de gens qui font exprès de contourner [la station de lavage], ils se stationnent plus loin. Ils font vraiment exprès pour aller à l'extérieur pour pouvoir ensuite rentrer dans le marais aux Cerises ou aller sur le lac. Tout cela pour éviter 5 $ de frais de lavage , soupire-t-il.

La présidente de l’organisme Memphrémagog conservation, Johanne Lavoie, remarque elle aussi ce problème. Elle espère que le public fera un effort soutenu pour protéger le lac. 

« C'est le réservoir d'eau potable de 175 000 personnes. C'est super important que les gens se sentent interpellés. Pas juste les citoyens qui habitent autour du lac, mais tous ceux qui restent dans le bassin versant, les élus.  »

— Une citation de  Johanne Lavoie, présidente de l’organisme Memphrémagog conservation

Une moule zébrée adulte peut pondre de 30 000 à 1 000 000 d’œufs. 

Avec les informations d’Arianne Béland 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !