•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Obstétrique à Edmundston : le maire veut éviter la perte du service

Affiche indiquant un stationnement réservé aux femmes enceintes.

Les services d'obstétrique et de pédiatrie à l’Hôpital régional d’Edmundston sont interrompus du jeudi 11 août à 8 h jusqu’au vendredi 19 août à 8 h.

Photo : Radio-Canada / Yves Lévesque

La situation se répète à l’Hôpital régional d’Edmundston alors que les services d’obstétrique sont à nouveau suspendus, en plus des services de pédiatrie. Une situation qui a surpris le maire d’Edmundston qui ne veut pas que sa région connaisse le même sort que Campbellton, qui a perdu les services d'obstétrique il y a plus de deux ans.

Éric Marquis, maire d’Edmundston, est déçu de voir une deuxième interruption du service en quelques semaines.

Éric Marquis, maire d'Edmundston.

Le maire d’Edmundston souhaite rencontrer la PDG du Réseau de santé Vitalité dans les plus brefs délais pour discuter de ce que la Municipalité peut faire pour participer au recrutement des professionnels de la santé.

Photo : Radio-Canada

Est-ce que c’est acceptable? J’ai envie de dire non, s'exclame-t-il. Est-ce qu'il faut trouver des façons de régler cette situation-là pour pas se ramasser comme d'autres communautés le vivent tout de suite? La réponse est oui.

Le maire fait référence aux femmes enceintes de la région de Campbellton qui doivent parcourir une distance d'environ 100 kilomètres pour aller accoucher à l'hôpital de Bathurst.

Il ajoute que plusieurs mères lui ont écrit pour lui faire part de leurs inquiétudes à devoir accoucher dans un autre hôpital.

Il explique que le fait de pouvoir accoucher dans sa communauté, avec des professionnels de la santé de la région, crée un sentiment de sécurité pour les mamans. Dans ce cas-ci, un stress de plus s’ajoute.

Ce qu’on trouve extrêmement dommage, c'est le fait qu’on perd le contact personnel avec les gens d’Edmundston, donc ça, je vous dirais que c’est ce qu’on entend le plus, dit-il.

Vitalité confirme qu’il y a cinq patientes qui pourraient devoir accoucher ailleurs pendant cette interruption de service.

Elles devront se présenter à l’Hôpital régional d’Edmundston pour se soumettre à une évaluation, avant d’être transférées à Notre-Dame-du-Lac, Rivière-du-Loup ou Rimouski, selon Vitalité.

Six femmes avaient dû accoucher dans d'autres hôpitaux pendant l’interruption précédente qui avait duré une dizaine de jours.

Manque de pédiatres

Le Réseau de santé Vitalité explique cette interruption par un manque de pédiatres.

La Dre Natalie Banville, vice-présidente aux affaires médicales du Réseau de santé Vitalité, dit qu’une seule pédiatre maintient le service à elle-même depuis plusieurs mois, sur ses épaules.

Une femme au micro en conférence de presse devant des drapeaux du Canada et du Nouveau-Brunswick.

La Dre Nathalie Banville, vice-présidente aux affaires médicales au Réseau de santé Vitalité (archives)

Photo : Gouvernement du N.-B.

Elle précise que deux postes de pédiatre sont vacants et qu’un autre spécialiste est en congé de maladie.

Donc, elle a droit à des vacances, afin d’éviter également de tomber en congé de maladie et d’avoir rupture complète du service, explique-t-elle, en ajoutant que cette médecin dévouée ne peut pas être responsable de tout l’horaire de garde.

Un recrutement urgent

La Dre Natalie Banville affirme que le réseau est constamment en mode solution pour trouver de nouvelles solutions, recruter du personnel ou offrir des formations supplémentaires.

Évidemment, la tâche est ardue et ne se fait pas du jour au lendemain.

On a obtenu des postes avec retour de services pour le Nouveau-Brunswick en pédiatrie, donc présentement, on a des pédiatres qui vont être formés au Québec, qui vont devoir revenir travailler au niveau du Réseau de santé Vitalité. C'est un exemple de solution, c’est pas une solution à court terme malheureusement; mais à moyen, à long terme, nous allons avoir des pédiatres, une relève qui va s’en venir, précise-t-elle.

L'Hôpital de Campbellton.

Le service d’obstétrique est fermé depuis plus de deux ans à l'Hôpital régional de Campbellton.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Quant aux inquiétudes du maire Marquis qu’Edmundston subisse le même sort que Campbellton, la Dre Banville se veut rassurante.

C’est vraiment pas dans notre optique, ce n’est vraiment pas le plan, dit-elle. Ces interruptions ne sont pas constantes, ne sont pas permanentes, c’est par moments, donc on travaille activement à trouver des solutions.

S’attaquer au problème

D'après le maire Éric Marquis, il est urgent de travailler avec Vitalité pour trouver des solutions à long terme. Il rencontrera la PDG du Réseau de santé Vitalité sous peu.

Oui on peut recevoir l’info de Vitalité, mais j’ai aussi besoin d’avoir l’information de ce qu’on peut faire pour essayer de régler cette situation-là, clame le maire.

« Sinon, comment on fait pour demander aux gens de venir demeurer dans une région comme Edmundston ou une région environnante quand on sait que la question de l'accouchement ne peut pas se faire! »

— Une citation de  Éric Marquis, maire d'Edmundston

Il précise qu’il veut savoir comment les choses sont faites ailleurs, dans d’autres hôpitaux, et surtout évaluer ce que peut faire la Municipalité en matière de recrutement de médecins et de spécialistes.

Le maire ajoute que la Municipalité et ses partenaires sont prêts à organiser une opération de séduction pour aider Vitalité à recruter des professionnels de la santé.

Avec des informations de Nicolas Steinbach

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !