•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’interdiction de faire dégriffer les chats bien accueillie dans la région

Un chat aux pattes dégriffées.

Les pattes avant de ce chat ont été dégriffées.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Morissette

Radio-Canada

Il sera interdit à compter de février 2024 aux propriétaires d'animaux de les soumettre à des opérations chirurgicales esthétiques au Québec, comme le dégriffage des chats. Cette annonce était très attendue par les défenseurs des animaux dans la région.

Cette interdiction de dégriffer les animaux était attendue, car les conséquences postopératoires sont importantes. Cette opération revient à amputer de la troisième phalange du doigt.

L'Hôpital vétérinaire du boisé, à Chicoutimi, a arrêté le dégriffage en juillet et avait déjà préparé sa clientèle au nouveau règlement.

Un chat dans une cage qui tend une patte.

Une diminution des animaux dégriffés est constatée à la SPCA Saguenay.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Morissette

Beaucoup de gens, après avoir su les conséquences que ça pouvait entraîner, étaient d’accord pour dire : "Oui, c’est vrai, je comprends qu’on ne fait plus ce dégriffage", a expliqué la technicienne en santé animale Camille Boilard.

Une femme pose dans un hôpital vétérinaire.

Camille Boilard est technicienne en santé animale certifiée à l’Hôpital vétérinaire du boisé à Chicoutimi.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Morissette

Une pétition demandant ce règlement avait notamment récolté près de 22 000 signatures.

Du côté de la Société pour la prévention de la cruauté des animaux (SPCA) Saguenay, une diminution des animaux dégriffés est constatée.

Dans les dernières années, on a vu vraiment qu’il y a beaucoup plus de gens sensibilisés au dégriffage. [...] Ils nous demandent les alternatives. Quand ils adoptent, nous on leur expliquait déjà les conséquences du dégriffage et les alternatives aussi, comme installer des poteaux à griffes pour les chats ou de poser des protège-griffes pour protéger les meubles, a indiqué la directrice générale de la SPCA Saguenay, Claudia Côté.

Une femme pose à côté de sacs de nourriture pour chats.

Claudia Côté est la directrice générale de la SPCA Saguenay.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Morissette

D’après un reportage de Gabrielle Morissette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !