•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le jardinage de boulevard est maintenant réglementé à Edmonton

Une femme qui jardine devant chez elle, à Edmonton, en août 2022.

En avril, le conseil municipal d'Edmonton a adopté une motion pour permettre le jardinage sur les trottoirs des boulevards.

Photo : Radio-Canada / Sofiane Assous

Les résidents d’Edmonton qui veulent faire du jardinage sur les trottoirs des boulevards doivent maintenant se soumettre à une liste de règles. La Ville encourage ses résidents à jardiner, mais ces derniers doivent d’abord remplir un formulaire de déclaration en ligne.

Les règles concernent notamment la taille des pots de fleurs, les distances par rapport aux arbres et au trottoir, la hauteur des plantes ou encore la profondeur autorisée si on veut creuser.

Selon Patricia Rooker, superviseure de l'exécution du programme des opérations et des partenariats à la Ville d'Edmonton, plusieurs éléments ont été pris en considération lors de l'établissement des règles.

Elle cite notamment la protection des racines des arbres pour que ceux-ci obtiennent les nutriments dont ils ont besoin, l'attribution d'espaces permettant aux piétons de circuler ainsi que la profondeur sécuritaire des trous.

Elle mentionne que des projets plus ambitieux, comme ceux qui impliquent une excavation profonde, peuvent aussi être autorisés avec un permis spécial.

Des règles qui semblent compliquées

Karen Doucet est une jardinière amatrice du quartier Bonnie Doon qui utilise l'espace devant chez elle depuis près de 15 ans pour jardiner.

Quand elle a commencé, la Ville présentait des suggestions, mais aucun règlement n’était en place, raconte-t-elle.

Maintenant, elle n’est pas tout à fait conforme aux nouveaux règlements.

Je vais peut-être m’ajuster, dit-elle. Mais j’ai un peu de difficulté à comprendre tous les règlements.

Nous sommes conscients que les règles semblent compliquées, affirme de son côté Patricia Rooker. Mais, en même temps, nous devons garder à l'esprit que nous essayons d'assurer la sécurité des arbres, de nous assurer que nos services publics ne sont pas perturbés et que tout est fait de façon sécuritaire.

Selon Karen Doucet, les lignes directrices sont encore à travailler. Je pense qu'ils sont peut-être un peu trop [directifs sur] ce qu'on peut faire, dit-elle. Je sais qu’on veut protéger des arbres [...] mais quand même, je pense qu'on peut utiliser notre bon jugement là-dessus.

Elle remet notamment en question le règlement concernant le creusage à faible impact qui limite à 2 pouces la profondeur pour creuser. Deux pouces ne permettent pas [de planter] une vivace. Une vivace a besoin de plus de profondeur, explique-t-elle.

Karen Doucet précise cependant que, si le fait de rendre le jardinage de boulevard officiellement possible encourage les gens à s’y mettre, elle sera en faveur de l'activité, malgré les règles qui s’y rattachent.

Avec les informations de Sofiane Assous

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !