•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Transition énergétique : la Communauté maritime des Îles veut plus d’informations

La centrale thermique vue des airs avec ses six cheminées.

La transition énergétique vise à trouver une solution de rechange à la centrale thermique au mazout qui fournit actuellement de l'électricité aux Madelinots. Un raccordement hydroélectrique sous-marin permettrait une réduction de 94,5 % des émissions de gaz à effet de serre (archives).

Photo : Radio-Canada / Steve Rompré

La Communauté maritime des Îles demande à la Régie de l'énergie du Québec qu'elle lui fournisse davantage d'informations de la part d'Hydro-Québec au sujet des différents scénarios en vue de la transition énergétique de l'archipel.

Bien qu'Hydro-Québec ait priorisé l'option des câbles sous-marins pour raccorder le territoire madelinot au réseau hydroélectrique continental d’ici 2027, les autorités municipales estiment qu'elles n'ont pas eu assez d'informations sur les cinq autres scénarios envisagés.

Elles déplorent aussi le manque d'informations fournies par Hydro-Québec en ce qui concerne le tracé des câbles sur le territoire madelinot ainsi que leurs impacts potentiels sur l'environnement et sur les citoyens.

On n'a pas eu de rapport [au sujet de] l'ensemble des options, déplore la directrice générale de la Municipalité et de la Communauté maritime des Îles, Ariane Cummings.

« On a demandé à la Régie de l'énergie de demander à Hydro-Québec ou d'imposer à Hydro-Québec de creuser son dossier et de nous arriver avec beaucoup plus d'informations étoffées sur l'ensemble des options, y compris les câbles. »

— Une citation de  Ariane Cummings, directrice générale de la Municipalité et de la Communauté maritime des Îles

La Communauté maritime des Îles ne s'est pas opposée à une option mais a demandé des réponses, ajoute-t-elle.

Une carte sur laquelle un tracé relie L'Anse-à-Beaufils à Belle-Anse.

Le projet de raccordement consisterait à installer deux câbles sous-marins d'une longueur de 225 kilomètres entre L'Anse-à-Beaufils, à Percé, et le secteur de Belle-Anse, aux Îles-de-la-Madeleine.

Photo : Radio-Canada

Des citoyens inquiets

L'intervention de Mme Cummings faisait suite à l'intervention d'un citoyen lors du conseil municipal du 9 août.

Ce citoyen a pris la parole au nom d'un petit groupe de Madelinots pour faire part de son inquiétude devant l'installation potentielle de câbles à haute tension près de chez lui. Il craint autant pour la santé humaine que pour l’environnement.

Un câble à haute tension, c'est quoi l'impact que ça va avoir sur ma santé et sur la santé de mes enfants sur les 20, 30 ou 40 prochaines années? Est-ce que vous êtes capables de répondre à ça? En Europe, ils s’inquiètent de tout ce qui touche la haute tension, a mentionné ce résident du chemin des Huet, une route située non loin du secteur de Belle-Anse où il est prévu que les câbles électriques sous-marins touchent terre.

Des falaises de grès rouge sont érodées par la mer.

Les câbles toucheraient terre dans le secteur des falaises de Belle-Anse, aux Îles-de-la-Madeleine.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

J’espère que la Municipalité va mettre ses culottes, poser des questions, et que vous allez stopper ce projet-là et changer ça de place, parce que ça n'a aucun sens de passer sous les falaises déjà fragilisées, a-t-il ajouté.

Le projet de raccordement sous-marin comprend une portion terrestre. Les deux câbles électriques seront enfouis sous terre sur une distance de 5,7 kilomètres entre le poste d'Hydro-Québec de Cap-aux-Meules et les falaises de Belle-Anse. Hydro-Québec procédera à des forages dirigés sur une distance d’environ 1,5 kilomètre pour passer sous les falaises de Belle-Anse. La tension des câbles sera de 160 kV.

Le maire intérimaire a indiqué qu’il partageait un peu l’avis de son concitoyen.

« C’est certain qu’on va demander des comptes à Hydro-Québec pour en savoir plus sur les impacts et pour en savoir plus sur où on s’en va avec les câbles. »

— Une citation de  Gaétan Richard, maire par intérim des Îles-de-la-Madeleine

Pour aller de l'avant avec le projet de raccordement par câbles sous-marins, Hydro-Québec devra obtenir l'aval de la Régie de l'énergie. Le document qui explique pourquoi la société d'État estime qu'il s'agit de la meilleure option parmi tous les scénarios énergétiques analysés a été déposé devant la Régie à la fin du mois d'octobre.

Si le projet de raccordement sous-marin se concrétise, le début des travaux terrestres est prévu en 2024. La portion sous-marine du chantier devrait quant à elle s'amorcer en 2026. La facture est évaluée à 2,3 milliards de dollars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !