•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bientôt une station d’intervention maritime dans l’Arctique à Rankin Inlet, au Nunavut

Une vue de Rankin Inlet, au mois d'août.

La station de recherche et de sauvetage de Rankin Inlet, dans la région de Kivalliq, sera convertie en station d’intervention maritime dans l’Arctique.

Photo : Radio-Canada / Matisse Harvey

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral octroie 24,7 millions de dollars à la Garde côtière canadienne (GCC) pour convertir sa station de recherche et de sauvetage de Rankin Inlet, dans le sud du Nunavut, en station d’intervention maritime dans l’Arctique.

Cette transformation requerra notamment l’achat d’un navire supplémentaire, le prolongement de la saison d’exploitation de la station d’un mois par année à compter de 2023 ainsi que le recrutement et la formation de nouveaux membres d’équipage.

Nous comptons recruter plus de personnes dans les communautés au sein de [nos équipes] de recherche et de sauvetage au cours des prochaines années, a fait savoir la ministre fédérale des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, Joyce Murray, qui était de passage à Rankin Inlet, mercredi, pour annoncer le financement qui s’inscrit dans le Plan de protection des océans.

Dans un contexte où le trafic maritime est en hausse dans les eaux arctiques, Pêches et Océans Canada entend doubler le nombre d’employés dans la région au cours des prochaines années.

Nous devons avoir une meilleure compréhension des conséquences du transport maritime, dit-elle. C’est pourquoi [...] nous comptons embaucher avant tout des membres autochtones des communautés.

La ministre se tient sur un quai et discute avec quatre membres de la Garde cotière canadienne, à Rankin Inlet, le 10 août 2022.

Mercredi, la ministre fédérale des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, Joyce Murray, a rencontré les membres de l'équipe de recherche et de sauvetage de Rankin Inlet.

Photo :  Pêches et Océans Canada

De façon générale, les stations de recherche et de sauvetage sont utilisées pour répondre à des appels de détresse, allant d’urgences médicales à des navires qui ont chaviré, durant la saison libre de glaces.

Depuis le lancement de la station de la GCC à Rankin Inlet, les équipes locales ont dû intervenir à trois reprises en 2018 pour des mesures de recherche et de sauvetage, puis une fois en 2019, et six autres en 2020.

Cartographie des fonds marins

Lors de son passage à Rankin Inlet, la ministre Joyce Murray a aussi annoncé 84 millions de dollars pour améliorer les services hydrographiques de cartographie des fonds marins dans l’optique de renforcer la sécurité de la navigation dans l’Arctique. Il sera question, entre autres, de fournir de nouvelles cartes marines en utilisant des navires hydrographiques autonomes et la télédétection par satellite.

Selon la ministre, l’objectif est d’améliorer la technologie, la cartographie, la sécurité du trafic maritime et la protection de déversement dans la région. Elle promet aussi une collaboration étroite entre le Service hydrographique du Canada et la communauté de Rankin Inlet, ce qui se traduira par un partage de données et par des occasions d’affaires pour les entreprises locales.

Avec des informations de Sarah Krymalowski

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !