•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chasse à l’homme : Jérôme-Vincent Vaillancourt pourrait se trouver au Nouveau-Brunswick

Un policier interpelle les automobilistes à la recherche d'indices.

D'abord poursuivi en Matanie mercredi, l'homme en fuite se serait déplacé vers la Matapédia pour gagner le Nouveau-Brunswick jeudi matin. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Isabelle Lévesque

Radio-Canada

Jérôme-Vincent Vaillancourt, cet individu qui est activement recherché par les autorités policières depuis mercredi matin, à Matane, pourrait se trouver au Nouveau-Brunswick.

Jérôme-Vincent Vaillancourt.

Jérôme-Vincent Vaillancourt

Photo : Sûreté du Québec

La nuit dernière, la Sûreté du Québec (SQ) a contacté la Gendarmerie royale du Canada (GRC) du Nouveau-Brunswick en évoquant la possibilité que le suspect se soit rendu dans la province voisine en passant par la ville de Campbellton.

Une surveillance du pont J.C. Van Horne, qui relie les deux provinces, a été effectuée, mais sans résultat.

Jérôme-Vincent Vaillancourt fait l'objet d'un mandat d'incarcération pancanadien délivré par Service correctionnel Canada. Il se trouve illégalement en liberté depuis le 2 décembre 2021.

Depuis mercredi matin, des policiers de la Sûreté du Québec sont sur la trace l'homme de 42 ans, recherché pour liberté illégale. Il a pris la fuite à partir de Matane à bord d'un véhicule volé qu'il a abandonné à Saint-Ulric. Il se serait ensuite dirigé vers la vallée de la Matapédia.

Il pourrait changer de véhicule rapidement et facilement

Selon François Doré, ancien policier de la Sûreté du Québec, la progression rapide et discrète du suspect vers le Nouveau-Brunswick, si elle se confirme, permettrait de présumer qu’il pourrait changer de véhicule rapidement et facilement.

Avec les accusations qui se trouvent à son dossier, on peut supposer qu’il est habitué à se servir de véhicules qu'il prend, qu'il vole, qu’il peut déverrouiller et les faire démarrer relativement rapidement, avance l’ex-policier.

Toutefois, ce faisant, l’individu laisse des traces. Dès qu'un véhicule est volé, évidemment, son propriétaire va s'en apercevoir, explique M. Doré. Un véhicule retrouvé dans une ville quelque temps après, un autre véhicule est retrouvé, ou du moins, il disparaît dans une autre ville. Ça peut donner des indications aux services de police.

Selon l’ex-policier, l’aide du public est très importante. Quelqu’un pourrait avoir une partie du casse-tête, sans savoir que cette partie-là pourrait être très importante, mentionne-t-il. Les policiers vont devoir valider cette information-là. Et de là peut être se diriger vers l'endroit où se trouve l'homme.

Selon M. Doré, le temps joue contre le fugitif. 

Un agent de la Sûreté du Québec se trouve près d'un véhicule qui est dans le fossé.

L'individu a abandonné le véhicule volé après une sortie de route à Saint-Ulric.

Photo : Radio-Canada

La SQ demande l'aide du public

Le corps policier québécois demande l'aide du public pour retrouver l'homme, qui mesure 1 m 96 (6 pi 5 po), a les cheveux châtains et les yeux bleus. Il porte des tatouages de type tribal sur le corps.

Jérôme-Vincent Vaillancourt est bien connu des services policiers. En 2019, il avait plaidé coupable de fraude à Rimouski, mais son dossier avait été transféré à Saint-Jérôme, dans les Laurentides.

Il y a une vingtaine de dossiers à son nom depuis 1999.

Mercredi matin, l’homme était vêtu de noir et transportait un sac à dos foncé. Il pourrait être armé.

Toute personne qui apercevrait Jérôme-Vincent Vaillancourt est priée de ne pas l'approcher et de communiquer avec le 911.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !