•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La province serre la vis aux écoles indépendantes en Saskatchewan

Dustin Duncan devant un micro.

Selon le ministre Dustin Duncan, trois écoles indépendantes seront soumises à des réglementations plus rigoureuses.

Photo : Radio-Canada / Daniel Petit

Radio-Canada

Le ministre de l’Éducation de la Saskatchewan, Dustin Duncan, nommera un administrateur pour trois écoles indépendantes de la province. Cette décision fait suite aux allégations de mauvais traitements de la part d’anciens élèves d’une école chrétienne privée de Saskatoon.

Ces trois écoles - Legacy Christian Academy, Grace Christian School, à Saskatoon, et Regent Academy, à Prince Albert - seront supervisées par l’administrateur embauché par le ministère de l’Éducation, affirme M. Dustin Duncan.

Il y a trois personnes nommément citées dans la plainte qui sont associées à ces trois écoles qui fonctionnent aujourd'hui, et ce sont donc ces trois écoles qui doivent être administrées et qui le seront essentiellement.

Les trois écoles feront aussi l’objet d’une visite non planifiée une fois par mois, et la province augmentera le nombre de visites non planifiées supervisées dans toutes les écoles indépendantes au cours de la prochaine année scolaire. Cela pourrait aller jusqu’à 10 visites du Ministère par année.

Les écoles ont été avisées jeudi matin des nouvelles procédures, affirme le ministre de l’Éducation, Dustin Duncan.

Dans un courriel envoyé à CBC, la Grace Christian School, accueille favorablement la nomination d'un administrateur. Elle précise que la sécurité et le bien-être de leurs élèves ont toujours été et seront toujours leur première préoccupation.

La Grace Christian School promet de toujours coopérer avec le ministère de l’Éducation.

Dustin Duncan devant un micro.

Désormais, le ministre Duncan a la capacité de mettre les écoles sous probation.

Photo : CBC/Kirk Fraser

De plus, un communiqué de presse annonce que, à compter de jeudi, toutes les écoles indépendantes admissibles au financement de la province doivent aviser le ministère de l’Éducation dans les 24 heures si elles font face à des allégations d’activités criminelles ou à des accusations criminelles touchant un membre du personnel.

Jusqu’à maintenant, les écoles indépendantes n’étaient pas tenues d’aviser le ministre lorsqu’elles apprenaient qu’elles faisaient l’objet d’allégations criminelles, ou qu’une enquête criminelle avait été ouverte sur une école ou sur une personne travaillant à l’école , explique Dustin Duncan.

« La sécurité des élèves est de la plus haute importance, et nous prenons toutes les allégations et les plaintes au sérieux. »

— Une citation de  Dustin Duncan, ministre de l’Éducation de la Saskatchewan

En 2012 , la province avait commencé à financer des écoles indépendantes admissibles au financement qui répondaient aux normes et aux critères énoncés dans les règlements provinciaux.

Je reconnais qu’il y avait des lacunes, et nous les avons corrigées. Nous avons pris des mesures pour que tous les élèves se sentent en sécurité, protégés et respectés, peu importe l’école qu’ils fréquentent. C’est maintenant en place, affirme Dustin Duncan.

Désormais, le ministre a la capacité de mettre les écoles sous probation.

Des mesures insuffisantes, selon le NPD de la Saskatchewan

Le Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan juge insuffisantes les mesures annoncées pour garantir la sécurité des enfants.

La sécurité de nos enfants est primordiale et il n'y a pas de place pour les demi-mesures et le renvoi de la balle, a déclaré le porte-parole de l’opposition officielle en matière d’éducation, Matt Love, dans un communiqué.

« Le système d'inspections scolaires non programmées, sur lequel le gouvernement s'accroche, n'a clairement pas fonctionné et ne fonctionnera pas. »

— Une citation de  Matt Love, porte-parole du NPD en matière d’éducation

Il continue de demander une enquête indépendante en vue d’établir les responsabilités de ce qu’il s'est passé à Legacy Christian Academy à Saskatoon.

Matt Love exige que toutes les personnes dont les noms ont été cités dans le rapport ne soient plus autorisées à travailler avec des enfants.

Cette semaine, d’anciens élèves de la Christian Centre Academy, maintenant appelée Legacy Christian Academy (LCA), ont intenté un recours collectif, alléguant des années de violences physiques, émotionnelles et sexuelles par le personnel et les dirigeants de l’école et de l’église adjacente, la Two Mile Church.

Dans leur recours, ils demandaient entre autres, la fermeture définitive des portes de la Legacy Christian Academy.

L’école Legacy Christian Academy s’appelait Christian Centre Academy de son inauguration en 1984, jusqu’en 2013.

L’école Legacy Christian Academy s’appelait Christian Centre Academy de son inauguration en 1984, jusqu’en 2013.

Photo : Radio-Canada / Travis Reddaway

L’établissement ne fermera pas ses portes, et le gouvernement ne lui coupera pas les fonds, car la rentrée aura lieu dans trois semaines.

Cependant, les choses pourraient changer si des accusations sont portées par la police.

Environ 180 élèves fréquentent la Legacy Christian Academy (LCA).

D’après les informations de Theresa Kliem

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !