•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Winnipeg demande de surveiller les mauvaises herbes sur les pelouses naturelles

Amanda et Chris Taylor se tiennent dans leur jardin.

Amanda et Chris Taylor disent qu'ils ont planté quelques plantes indigènes pour donner un coup d'éclat à leur nouvelle pelouse. Mais la Ville de Winnipeg leur demande de couper leur jardin, car les plantes sont trop hautes.

Photo : Radio-Canada / Emily Brass

Radio-Canada

Alors que les plantes indigènes fleurissent sur les pelouses naturelles de Winnipeg, la Ville demande aux propriétaires de couper les mauvaises herbes pour éviter qu’elles ne deviennent trop hautes.

Selon un porte-parole de la Ville, si les pelouses naturelles sont autorisées par le règlement à Winnipeg, cela n’empêche pas de surveiller la montée des mauvaises herbes.

Un couple de Winnipeg a reçu un ordre de la Ville à cet effet.

Pendant la pandémie, alors qu’Amanda et Chris Taylor travaillaient de la maison, leur jardin d'Elmwood est devenu leur havre de paix. Amanda Taylor, qui est immunodéprimée, se réjouit de cet espace.

« J’ai été enfermée chez moi pendant plus de deux ans. Donc, le fait de pouvoir trouver un peu de nature sauvage autour sans que cela ne nuise à ma santé a été très important. »

— Une citation de  Amanda Taylor, Winnipégoise

Mais cette situation n’a pas plu aux voisins du couple. Ces derniers se sont plaints. Un ordre de contrôle de la végétation a ensuite été transmis au couple le 29 juillet indiquant que sa pelouse est trop envahissante et qu’elle contenait des mauvaises herbes nocives.

Réglementations des jardins aux pelouses naturelles

Des agents municipaux ont alors demandé au couple de surveiller les mauvaises herbes et de couper toute herbe qui dépasse la hauteur autorisée.

Le règlement municipal exige que la hauteur des pelouses ne dépasse pas 6 pouces, soit environ 15 cm, tandis que les fleurs plantées et la pelouse ornementale peuvent atteindre 1 mètre.

Des fleurs et de l'herbe sur une pelouse.

Il y a de l'herbe et des fleurs sur la pelouse du couple.

Photo : Radio-Canada / Emily Brass

Un porte-parole de la Ville déclare qu'en date du 2 août, Winnipeg a délivré 390 avis de contravention pour des infractions liées au règlement sur la croissance des pelouses et des mauvaises herbes pour cette année.

Les données chiffrées ne sont pas disponibles, mais le porte-parole souligne que ce nombre est comparable à celui des années précédentes.

De son côté, le couple a demandé qu'un inspecteur vienne jeter un coup d'œil et travailler pour déterminer ce qui devait être enlevé ou coupé.

Les équipes d’intervention de la Ville ont refusé de venir à moins d'être accompagnées de leur équipe pour couper tout ce qui n’était pas conforme au règlement.

L'ordonnance que le couple a reçue contient une liste de conséquences potentielles pour les personnes qui ne respectent pas les demandes de la Ville.

Par exemple, cela peut engendrer des frais d'inspection ont le montant est fixé par le conseil municipal. La Ville peut également poursuivre les contrevenants devant la cour des juges provinciaux.

Des coûts peuvent être ajoutés aux taxes foncières du propriétaire. Selon l'ordonnance, une amende administrative supplémentaire de 100 $ peut être ajoutée.

Des conseils pour mieux entretenir sa pelouse

John Frazer se tient dans son jardin à Winnipeg par une journée ensoleillée.

John Frazer, un habitant de Winnipeg, a commencé à entretenir sa pelouse naturelle depuis quatre ans.

Photo : Radio-Canada / Emily Brass

Un autre Winnipégois, John Frazer, qui entretient sa pelouse naturelle depuis quatre ans, reconnaît la complexité de la tâche.

Il dit que les deux premières années ont été les plus difficiles, car il a dû arroser pour faire grandir ses nouvelles plantes. Après cela, il ne reste qu’à désherber pour enlever les plantes envahissantes comme les pissenlits. Selon lui, les chardons sont le pire problème dans son jardin.

John Frazer tond toujours le long du trottoir pour que les gens puissent circuler facilement. Il recommande de couper les têtes de graines pour empêcher les plantes de se propager dans les cours de ses voisins.

Avec les informations d'Emily Brass

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !