•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Commission des services policiers de Thunder Bay fait plus de place à la communauté

Portrait de Dan Taddeo devant le logo du Service de police de Thunder Bay

Dan Taddeo, chef par intérim du Service de police de Thunder Bay

Photo : CBC/Cathy Alex

Radio-Canada

La commission qui supervise le travail du Service de police de Thunder Bay (SPTB) ajoutera des membres en provenance du grand public à son comité de gouvernance, qui comptait jusqu’à présent deux personnes.

Le comité sera dorénavant formé d’un total de six personnes, soit trois membres de la Commission des services policiers de Thunder Bay (CSPTB) et trois membres de la communauté.

La CSPTB recherche des personnes ayant une expérience en matière de gouvernance et de politiques publiques, mais aussi une diversité d’opinions, explique John Hannam, secrétaire de la commission.

M. Hannam, qui a proposé la nouvelle composition du comité, espère que les membres provenant de la communauté seront choisis d’ici septembre.

Le maire de Thunder Bay, Bill Mauro, qui siège à la CSPTB, aurait préféré repousser ce recrutement après les élections municipales d’octobre, car celles-ci entraîneront des changements au sein même de la commission, en partie composée d’élus.

Le maire Bill Mauro en conférence de presse.

Bill Mauro ne se présente pas pour un deuxième mandat à la mairie de Thunder Bay et ne représentera plus la Ville au sein de la Commission des services policiers. (archives)

Photo : CBC/Heather Kitching

Le comité de gouvernance sera notamment responsable de recruter le prochain chef de police et un chef adjoint, de même que de nouveaux membres pour la CSPTB.

Le nouveau modèle a été approuvé mardi par Malcolm Mercer, l’administrateur externe de la Commission des services policiers de Thunder Bay qui détient en ce moment le seul droit de vote.

Alors que la commission se remet sur pied, je crois qu’il est important d’obtenir de l’aide et d’autres points de vue, car nous avons des enjeux sur lesquels nous devons nous attaquer, a déclaré M. Mercer.

Ce dernier a été nommé par la province plus tôt cette année à la suite d’allégations d’inconduites et de harcèlement au sein du SPTB et de la CSPTB.

C’est la deuxième fois en quatre ans que la CSPTB est placée sous la tutelle d’un administrateur externe.

Le comité de gouvernance se penchera sur des rapports préparés dans les dernières années.

La CSPTB n’a pas encore mis en œuvre toutes les recommandations du rapport de la Commission civile de l’Ontario sur la police (CCOP) rédigé par Murray Sinclair en 2018.

Un rapport du Bureau du directeur indépendant de l'examen de la police, publié la même semaine de décembre 2018, a dénoncé le racisme systémique au sein du SPTB.

Une nouvelle enquête a été ouverte l’hiver dernier par la CCOP.

Les recommandations préliminaires d’un comité d’experts formés en mars 2022 sont attendues en septembre, et le rapport final sera présenté après la nomination du nouveau chef de police.

Avec les informations de Jon Thompson de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !