•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un accident au Cap-Breton rappelle l’importance d’un service cellulaire en région

Lisa MacAdam montre son plâtre.

Andrew et Lisa MacAdam de Conquerall Mills, en Nouvelle-Écosse, ont eu du mal a appelé à l’aide quand Lisa s’est cassé le poignet près de Big Intervale, au Cap-Breton.

Photo : Gracieuseté : Andrew MacAdam

Radio-Canada

Une famille de la région de Lunenburg en vacance au Cap-Breton déplore le manque de couverture cellulaire dans la région.

Andrew MacAdam et sa femme profitaient d’une journée de pêche à la mouche sur la rivière Margaree quand Lisa a fait une chute.

« Je savais que j'allais avoir besoin d'aide. J'ai essayé d'appeler le 911 et il n'y avait pas de barres sur mon téléphone. »

— Une citation de  Andrew MacAdam, vacancier en détresse

Elle a été prise dans les rochers et a perdu l'équilibre et elle est tombée, explique-t-il.

Là où nous étions situés sur la berge, c'était tout simplement trop précaire d'essayer de la faire monter jusqu'au véhicule et d'essayer de la transporter nous-mêmes à l'hôpital.

Il raconte comment sa femme était étourdie et désorientée. Il n'était pas certain si elle s'était cogné la tête, mais elle avait le poignet cassé.

J'ai dû courir sur la route, puis monter et descendre la route et tenir mon téléphone pour voir si je pouvais obtenir au moins une barre, dit-il.

Il a fallu 15 à 20 minutes et 4 appels téléphoniques avant que la famille puisse joindre un répartiteur du 911.

Il est très satisfait des soins d’urgence prodigués à sa femme, mais il ne peut pas s’empêcher de penser à ce qui aurait pu se produire si elle s’était plus gravement blessée.

Heureusement, ce n'était pas trop grave, constate le pêcheur amateur. Mais si cela avait été plus grave, est-ce que ces minutes perdues à chercher du réseau cellulaire auraient fait une différence dans son état?

Andrew MacAdam raconte aussi comment il n’avait pas non plus de réseau durant les 45 minutes de route vers l’hôpital d'Inverness.

Frustrant, mais pas surprenant

La situation ne surprend pas un conseiller du comté, Blair Phillips. Il dit que cette zone n’a pratiquement pas de réseau sauf à quelques endroits.

Et il rappelle que ce n'est qu'une des nombreuses zones sans service cellulaire dans les régions rurales de la Nouvelle-Écosse. Ça dure depuis un bon moment maintenant et rien ne semble fait à ce sujet, dit-il.

Allan MacMaster assis en conférence de presse.

Allan MacMaster, ministre des Finances de la Nouvelle-Écosse, à Halifax le 16 septembre 2021.

Photo : Len Wagg / Communications Nouvelle-Écosse

Le député provincial d'Inverness et vice-premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Allan MacMaster est un ardent défenseur de la couverture cellulaire partout dans la province.

Il a déjà approché le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), qui réglemente les télécommunications au pays.

Ils ont suggéré que la concurrence allait résoudre le problème, mais comme on le sait, personne ne fournit de service dans la région, dit-il.

Il reconnaît qu’il n’y a aucun plan pour l’instant pour résoudre le problème, mais il pense qu’il pourrait y avoir des solutions si la province et le gouvernement fédéral unissent leurs forces.

C'est un gros problème de sécurité publique, soulève le vice-premier ministre. Et la sécurité publique, vous savez, c'est assez important.

Allan MacMaster est conscient que le gouvernement provincial à une longue liste de problèmes à gérer, mais il espère que cet enjeu pour les résidents et les touristes sera priorisé.

Avec les informations de Erin Pottie de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !