•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un vaccin contre la maladie de Lyme entre en phase d’essais cliniques

À gauche, une tique nymphe; au milieu, une tique mâle; et à droite, une tique femelle.

Les tiques à pattes noires sont celles qui sont potentiellement porteuses de la bactérie causant la maladie de Lyme.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un vaccin contre la maladie de Lyme développé par Pfizer et Valneva entre en phase d'essais cliniques aux États-Unis et en Europe.

La maladie de Lyme est une maladie contractée après une piqûre par une tique. La maladie touche particulièrement l’Estrie.

On est très touchés en Estrie, on est la région la plus touchée au Québec. Les Estriens pourront bénéficier des avancées de la recherche autant dans les traitements que dans la prévention, a expliqué le microbiologiste et infectiologue au CIUSSS de L’Estrie – CHUS, le Dr Alex Carignan.

Un vaccin a déjà existé contre la maladie de Lyme, mais il n’est plus commercialisé depuis une vingtaine d’années. Ce n’était pas un vaccin qui était très vendeur à l’époque, a souligné le Dr Carignan.

Selon lui, la population est plus informée sur les complications de la maladie de Lyme actuellement qu’il y a 20 ans.

Pour le moment, le Dr Carignan juge que le nouveau vaccin est prometteur. Les premiers essais précliniques ont montré que les gens qui étaient vaccinés développaient des anticorps, explique-t-il. Le vaccin semble aussi sécuritaire.

L’étape d’essais cliniques de phase trois consiste à faire des essais sur un échantillon plus important de personnes, pour vérifier les effets du vaccin à plus long terme.

Les essais ne se font qu’en Europe et aux États-Unis, ce qui désole le Dr Carignan. Je suis très déçu, on devait participer à cette étude-là, mais à la dernière minute la compagnie a décidé de couper tous les centres au Canada, le vaccin devait aussi être testé chez nous, à Sherbrooke.

Selon le Dr Carignan, un tel vaccin pourrait être disponible d’ici deux ans si les essais cliniques sont concluants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !